[Test] Solatorobo, Red the Hunter sur Nintendo DS


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : , , , , ,

Le 1er juillet nous arrivait tout droit du Japon un tout nouveau action-RPG édité par Namco Bandai sur Nintendo DS. Developpé lui aussi par le studio CyberConnect2, Solatorobo est considéré comme la suite spirituelle du jeu Playstation Tail Concerto par son univers (l’histoire se déroule également dans le monde de Little Tail Bronx et les deux ont quelques personnages secondaires en commun) et avait déjà été présenté il y a maintenant plus d’un an, à Japan Expo 2010, sous le nom de Project Coda.

On y incarne le chasseur Red Savarin, qui parcourt le monde avec sa soeur Chocolat à bord de leur vaisseau, l’Asmodeus, à la recherche de nouvelles aventures. Mais un jour, alors qu’il est en plein milieu d’une quête, Red trouve un mystérieux médaillon. Si sur le coup il ne sait pas trop d’où provient ce bijou, il va par la suite rencontrer Elh, le jeune garçon (enfin, un chat) à qui il appartient.

Red et son robot, le Dahak, accompagné de Elh.

Solatorobo est un RPG, certes, mais il se démarque des autres sur un des points essentiels du genre : le côté évolutif. D’habitude, quand on joue à un RPG, on obtient de l’XP après avoir vaincu un ennemi et on monte ainsi en niveau. Dans Solatorobo, les points d’expérience sont répartis différemment : on gagne en effet en niveau mais ici, ces points ne servent qu’à augmenter notre barre de vie.

Ce qu’il faudra en réalité augmenter, que ce soit pour avancer dans l’histoire ou pour être plus fort, c’est notre rang de quête que l’on fait monter tout simplement en réalisant des quêtes (déplacer des chargements, détruire des vaisseaux pirates, sauver des gens, pêcher…) mais là aussi le système se divise : il nous est impossible de faire uniquement l’histoire et de mettre de côté certaines missions car pour passer au chapitre suivant, il faudra parfois avoir un rang minimum requis et on se retrouvera parfois obligé de faire des quêtes pour être au niveau et pouvoir poursuivre le jeu.

Une carte du monde en haut et en bas les destinations disponibles : « nouvelle quête » signifie juste qu’une quête secondaire s’est débloquée, « suivant » vous montre où il faut aller pour continuer l’histoire et tout en bas, le rang de chasseur de Red.

Une partie de pêche pour le moins particulière.

Pour tout ce qui est puissance d’attaque, défense, vitesse et autres caractéristiques, ce n’est pas Red qu’on doit chercher à améliorer mais le Dahak, le robot sur lequel il se déplace, car c’est avec lui que les combats se déroulent. Le sytème d’attaque est très simple puisqu’il suffit de prendre les adversaires pour les projeter au sol ou sur un autre ennemi par exemple. Même si cette façon de procéder est relativement basique et présente un petit manque de diversité, certains » méchants » se montreront légèrement plus coriaces pour ne pas rendre les combats trop ennuyeux, sans compter que les attaques adverses sont plutôt variées, on ne sait jamais vraiment à quoi s’attendre. Il faudra par exemple savoir attendre le bon moment pour attraper un projectile pour le retourner à son envoyeur.

Pour augmenter la force du Dahak, il faudra trouver tout au long du jeu des cristaux qui servent à optimiser son système représenté par une sorte de grille. Plus on trouve de cristaux, plus on débloque de cases que l’on complète ensuite avec des pièces achetés dans les boutiques spécifiques. Il existe plusieurs sortes de pièces : défense, vitesse, attaque, puissance et il y a plusieurs types de pièces par catégorie. Certaines donnent simplement un +1 mais ça peut aller à +36 par exemple mais dans ces cas là, les pièces prennent plus de place sur la grille et il faudra alors les agencer judicieusement pour pouvoir en mettre le plus possible.

Pour battre un ennemi, soulevez-le et jeter-le sur le sol !

Tiens, quelque chose brille par-terre, c’est sûrement un cristal.

Et voici à quoi ressemble la fameuse grille d’optimisation, elle vous indique le nombre de cristaux nécessaires pour débloquer des cases ainsi que le nombre de cristaux que vous avez. Plus tard dans le jeu, elle s’agrandit et il faudra parfois 20 cristaux pour débloquer une case !

Outre les combats, le Dahak possède également un mode vol qui permet à Red de voyager d’île en île, cependant,  il ne marche que dans une région uniquement. Par contre, si vous aimez voler, il y aura au cours de jeu quelques courses de « vaisseaux » et les véhicules volants que vous conduisez se débloquent ensuite dans un mode « Grand Prix » si vous gagnez. Ce mode est tout simplement un mini-jeu de course avec différents bolides et circuits, très utile si vous voulez vous entrainer pour les vraies courses du jeu ou plus simplement pour passer le temps. 

Voilà pour tout ce qui est système de rang et de combat, passons maintenant aux petits détails qui font qu’un jeu nous plait ou non : le scénario qui est bien prenant même si un peu simple, je dois l’admettre, mais bien imaginé, j’aime l’idée d’un autre monde au dessus des nuages dont on ignore totalement l’existence, on y dénote vraiment la touche japonaise et c’est un véritable plus.

En mode vol dans les Iles de Draven.

Aperçu du mode Grand Prix.

L’excellent chara-design est signé monsieur Nobuteru Yuki, de beaux dessins et de belles couleurs mais malheureusement parfois très mal rendus par la qualité graphique générale que l’on connait parfois à la DS (trop de pixels !) et c’est vraiment dommage. Mais pour mieux les admirer, il est possible de débloquer dans le jeu des photos des personnages, seuls ou en groupe, qui sont accessibles ensuite dans la cabine de pilotage de l’Asmodeus. Rien à dire cependant sur l’interface globale qui est vraiment dynamique notamment lors des dialogues (et heureusement, car ils peuvent parfois être un peu longs) et sur le mélange 2D/3D qui est très agréable. Les décors sont également très beaux avec de nombreux paysages et des ambiances différentes.

De la même façon que les photos citées à l’instant dans le paragraphe précédent, il sera aussi possible de trouver des sons qui débloqueront des morceau de l’OST que je trouve très réussie même si, comme les images, elle ne rend malheureusement pas très bien sur la console. Pour tout ce qui est fond d’ambiance, là aussi le titre se veut vivant notamment lors des conversations : pas de doublages donc pas de blabla à tout va mais pas de silence non plus, les phrases sont juste ponctuées de temps en temps par les personnages avec un « bonjour », « sapristi » ou encore « nom d’un chien ».

Quelques clins d’oeil se sont glissés ici et là…cette enseigne « Stardog Coffee » ne vous dit rien ?

Voilà à quoi ressemble les dialogues et vous pouvez voir aussi sur l’écran du haut la carte de l’endroit où on se trouve, elle aussi bénéficie d’un affichage original.

En conclusion, Solatorobo est un bon jeu DS, pas parfait mais avec un charme certain, en particulier pour les fans d’animes, un gameplay plutôt original, la « japan touch » est géniale, les personnages attachants et on les suit avec grand plaisir dans leur périple. Le tout fini en une vingtaine d’heures ce qui n’est pas mal du tout pour un RPG DS. 

J’ai quelques petits regrets tout de même quant aux animations, je m’attendais à voir des cinématiques animées comme on peut en voir dans Tales of Vesperia, Ninokuni, Chrono Trigger ou Inazuma Eleven, d’autant plus que l’opening est animé de cette manière, mais rien de tout ça =(

 

Un coup de coeur pour ma part, j’ai adoré l’univers dans son ensemble mais quand même un peu trop facile.

 

L’info en plus : Solatorobo vient du japonais « Sora to Robo » soit « Ciel et Robot(s) », ce qui convient beaucoup mieux que Project Coda. Sinon, un grand merci à messieurs R. et V. mais surtout à Uriel pour ce joli cadeau d’anniversaire =)

 

Le travail de Nobuteru Yuki est juste magnifique, je veux un artbook !!!

Photo de groupe pour finir =)




Vous en voulez encore ?

  • 23 août 2016 [Japan Expo 2016] Compte rendu : le tour du salon Salut à tous, c'est bientôt la rentrée et aujourd'hui je vous propose mon retour sur Japan Expo 2016. Bien sûr je n'ai pas tout vu, mais je vais partager avec vous un aperçu de tout ce que […]
  • 30 décembre 2012 [Déballage] Et voilà 28 ans depuis une semaine J'ai fêté mes 28 ans la semaine dernière et je dois vous dire que je me sens... le même qu'avant :) Les années passent à une vitesse folle c'est un fait mais je n'ai pas l'impression de me […]
  • 15 septembre 2011 [Compte rendu] Conférence Nintendo pré Tokyo Game Show Après les émotions de la superbe soirée (ratée) de lancement du blu-ray de Star Wars revenons un peu sur les évènements vraiment important qui se sont déroulés les deux derniers jours. […]

Laisser un commentaire