[Test] Le prince s’est-il envolé ?


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : ,

POPjaquette.jpg

Autant le dire tout de suite, je n’ai jamais été grand fan de la série des Prince of Persia. J’y ai peut être joué sur ordinateur étant beaucoup plus jeune, mais je suis complètement passer à côté des épisodes sortis sur PS2 à l’époque.

Alors que notre cher Prince (c’est son nom) revient d’une expédition (pillage de tombe) les poches remplient d’or, il se retrouve malgré lui embringué dans une histoire de lutte de pouvoir entre le dieu de la lumière et des ténèbres. Afin d’enfermer Arhiman (le méchant dieu qui rêve de conquête) il accompagne Elika, la dernière des Ahura (peuple protégeant le sanctuaire et vénérant le dieu de la lumière) dans le but de purifier les terres fertiles.

Autant commencer par le point fort du jeu : sa réalisation. C’est beau… et c’est beau, Ubisoft voulait qu’on ait l’impression d’évoluer dans des fresques, tableaux ou BDs, et bien ils ont réussi. Un cell-shading de toute beauté, un univers magnifique digne des contes des milles et une nuit et deux personnages plus qu’attachant.
Le gameplay est assez bien rodé aussi, le personnage répond bien et même si il arrive qu’on ait envie de balancer la manette par la fenêtre je crois que c’est la marque de fabrique Prince of Persia.

Au niveau du jeu en lui même c’est là que ça coince, il est comme Assassin’s Creed, très répétitif. Le déroulement du jeux en gros : choisir une destination, phase de plateforme, boss, collecte des sphères de lumière et ainsi de suite jusque la fin. Je précise que pour ce cas précis, que ce n’est qu’un défaut pour les gens ne sachant pas apprécier ce type de jeu, car répétitif ne veut pas obligatoirement dire chiant.
J’avoue m’éclater à chercher ces petites billes blanches dans tout les recoins des niveaux par exemple.
Par contre le gros gros défaut, c’est les combats. Ils sont peu nombreux, mous, et ça relève plus du quick time event (en gros faut appuyer sur la touche indiquée au bon moment) mixé avec un jeu de rythme car on enchaine les boutons sans vraiment de précision. Même si c’est très artistique, n’empêche que c’est la chose qui m’a le plus déçu dans ce jeu. Le fait qu’on ne puisse pas mourir n’arrangeant rien à cette affaire.

Et oui vous avez bien entendu vous ne pourrez en aucun cas mourir, Elika vous rattrapera lors des chutes, des trop grosses baffes venant des boss etc… Bien sûr en théorie vous allez me dire : « c’est nul » mais finalement après une petite réflexion de 2 mins il faut penser au côté pratique : pas de chargement, ni de sauvegarde ni de donnée. Et oui au lieu de mourir et devoir passer par un quelconque menu vous recommencez directement, bien sûr avec des contrepartie. Si cela se passe pendant une phase de plateforme, elle vous ramènera à la dernière plateforme stable (faudra vous retaper les piliers, les plateformes glissantes, lianes ou autres joyeusetés…) et en combat, ben l’adversaire récupérera une quantité de vie non négligeable.

En conclusion je trouve que PoP fait partie de ces jeux qui sont beaux de par ses graphismes somptueux, de son univers magnifique et de la poésie qui se dégage de l’ensemble. Certes c’est répétitif, oui on ne peut pas mourir mais si vous arrivez à passer outre ces détails je suis certain que vous y trouverez de quoi passer un très bon moment (comptez une quinzaine d’heure pour arriver juste au bout, sans le faire à 100%).
A essayer et à acheter si le Prince et la belle Elika ont réussi à vous ensorceler !!!

L’info en plus : A noter que le doublage en français est de très bonne qualité, et que celui qui double le héros n’est autre que la voix de Nathan Drake (d’Uncharted oui !). On retrouve un peu son côté héros malgré lui et ses petites vannes sur sa propre malchance, un régal. J’oubliais aussi qu’au fil de l’histoire il faudra discuter avec Elika, pour en apprendre plus sur elle, son peuple et son dieu. Une petite histoire d’amour qui avance aussi vite qu’un escargot le temps de vous préparer au niveau suivant. C’est sympa même si certains dialogues sont complètement décousus, sachant en plus qu’il faut appuyer sur un bouton pour lancer une réplique (ça casse le rythme de la discussion). Et pour finir il est possible d’avoir le costume d’Altair via le site d’Ubisoft.





3 commentaires sur “[Test] Le prince s’est-il envolé ?”

  1. David 13 décembre 2008 at 11:15 #

    Dire que je vais devoir attendre Noël pour y jouer. En tout cas ton test m’a vraiment donné envie. Et le fais de ne pas pouvoir mourrir, ça m’arrange plus qu’autre chose. Marre de tous les chargements habituels quand on perd.

  2. Uriel 13 décembre 2008 at 22:11 #

    J’imagine que ça doit être dur, mais ça fait parti du plaisir de Noel ^^.
    Ravi que ça t’ait donné envie, c’est vrai que le jeu s’adresse à un public particulier et au vu de tes goûts pour le moment tu en fais partie assurément.

    Et voilà t’as tout à fait raison, faut voir les choses du bons côtés, même si certains qui se prétendent fans de jeux vidéos couinent au scandale ^_-.

    Puis je suis sûr que t’as encore plein de jeux à jouer d’ici là, bon week-end !

  3. David 28 décembre 2008 at 16:48 #

    Je viens de le finir et je suis d’accord avec toi. Surtout pour les combats (sur la fin je me dépêchai pour les éviter en tuant le corrompu avant qu’il apparaisse).
    Et la « non-mort » m’a vraiment arrangé sinon j’en aurai passer du tant a recharger ma partie^^.
    Au vu de la fin, je suppose qu’il y aura une suite (et surtout vu le nom du trophée gagné à la fin) et je l’attends avec impatience.


Laisser un commentaire