[Test] Hotline Miami sur PC


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : , , , ,

Il y a quelques jours j’étais tombé sur un article vantant les mérites d’un jeu complètement décalé, à 100 000 lieues de ce qui se fait aujourd’hui dans l’industrie. J’ai fait une entorse à mes habitudes vidéoludique et je suis parti du côté PC pour voir un peu cet OVNI de mes propres yeux (uniquement disponible sur PC je le rappelle). Je parle bien évidemment d’Hotline Miami, un jeu vu de dessus, entièrement en 2D (les fans de pixels seront aux anges) qui n’est pas sans rappeler la série des GTA à ses débuts.

Le jeu vous met dans la peau d’un mec ordinaire, le genre qui traine au video-club et qui se fait des soirées pizza dans son appart’ miteux. Par contre il dispose d’un passe-temps que peu d’entre vous pratiquent dans la réalité (du moins je l’espère) : il est tueur à gage. Il reçoit des coups de fil lui proposant de remplir des « contrats » tel un nettoyeur. Son quotidien est donc ponctué de violence (parfois gratuite, paix aux âmes de mes victimes), puisqu’il doit « corriger », rosser, tuer une quantité incroyable de gens.

 Superbe illustration qui annonce déjà la couleur… du sang !

 Allo ? Je suis bien sur la Hotline de…

Je ne vais pas m’étendre sur les qualités techniques du jeu puisque vous vous en rendrez compte assez vite, il s’agit d’un jeu uniquement disponible en téléchargement qu’on pourrait classer dans la catégorie des OVNI à prix mini (comptez environ 8€). Hotline Miami fait clairement la nique à tous les jeux actuels et fait appel à notre nostalgie en nous proposant un jeu à l’ancienne (et quand je dis à l’ancienne, je ne parle pas des compilations HD qui pullulent).

Les gars de chez Dennaton Games ont tout compris au concept du jeu mini. Avec un chara-design digne des pire jeux hentai, un gameplay minimaliste  (on bouge avec les touches du clavier, une touche pour frapper et une touche pour lancer) et une histoire indescriptible à base de mecs masqués qui te parlent dans ta tête : c’est justement ce côté barré qui plait et qui m’a plu ! On ne se prend pas la tête et on a pas peur de le dire, inutile de chercher le « beau » dans le jeu, cette notion n’existe pas.

Ici après avoir troué la peau du boss à base de fusil à pompe, on embarque la victime qui se faisait torturer.

Parfois, vous aurez droit à des genres de réunion au sommet… directement dans votre tête.

Qui veut gagner un bon bain de sang ?

Quelque soit l’intitulé de la mission, le résultat final sera sensiblement le même mission après mission : un véritable bain de sang comme on les aime. Attention, ceux qui oseraient croire que le jeu est pensé pour être juste bourrin à la GTA c’est tout le contraire. Il est calibré au petits oignions puisqu’au moindre faux pas, c’est la mort assuré comme dans un bon vieux Contra ou Probotector. Du coup il faudra se montrer patient et ne pas avoir peur de mourir des dizaines de fois avant de comprendre comment faire pour compléter un niveau particulièrement difficile.

Le secret de la réussite réside dans le temps que vous aurez passé à observer avant de foncer dans le tas, faire un état des lieux (combien de gardes ? de quelles armes disposent-ils ?) sera une base solide pour accomplir votre tâche. Ensuite il faudra ramasser et utiliser les bonnes armes au bon moment, un coup de feu c’est pas forcément discret et voir une douzaine de gardes arriver (qui ont potentiellement le pouvoir de vous « one shot ») quand on a soi-même que 6 cartouches de fusil à pompe : c’est pas du tout le bon plan. Moralité : optez pour les armes contondantes ou tranchantes !

Le boulot de nettoyeur, façon Hotline Miami. 

Les clins d’œil sont nombreux, ici la voiture du héros : une Delorean !

En conclusion, ça donne quoi ?

Même si certains des plus jeunes pourront être rebutés par ce système de jeu basé sur la punition (mourir 20 fois par stage avant de comprendre), les gamers les plus teigneux pourront bénéficier de cette sensation de joie et d’accomplissement lorsqu’ils auront enfin compris la parade pour éliminer tout le monde. Défoncer une porte en assommant un garde, tirer un coup de semonce dans le tas, jeter le couteau qui se trouve par terre sur la patrouille puis finir le mec assommé avec la batte de baseball : c’est juste jubilatoire.

Pour terminer je dirais simplement qu’Hotline Miami est un jeu qui fait plaisir. Si on fouille un peu sous son apparence brut, on se rend vite compte qu’il cache un petit bijou d’inventivité. Sous son air de jeu retro, il rappelle aux générations actuelles que c’était tout simplement mieux avant. Si vous avez du temps à tuer (et pas que) je ne peux que vous conseiller d’essayer ce jeu qui ne vous coutera pas grand chose si ce n’est pas mal de triturage de cerveau pour pouvoir assassiner le sale chauve qui vous tue en boucle depuis 45 minutes.

Complètement déjanté et à l’ouest des standards actuels, le jeu rafraichit malgré les nombreux bugs dont il est victime.

L’info en plus : Certaines rumeurs prévoient déjà une version Vita pour très bientôt. Je le leur souhaite de tout cœur, car n’étant pas forcément amateur de mini jeu de ce style, je suis pour le coup complètement convaincu !




Vous en voulez encore ?

  • 26 août 2011 [Compte rendu] Lancement Deus Ex Human Revolution Hier Square Enix nous avait convié à une soirée de lancement en grande pompe pour la sortie de Deus Ex Human Revolution. Avec une surprise de taille, la présence de David Anfossi […]
  • 9 septembre 2013 [Test] Teacher Story (PC) Salut à tous, je profite du contexte de la rentrée des classes pour vous parler d'un jeu qui m'a littéralement scotché à mon PC ces derniers jours : Teacher Story. Si vous ne connaissez […]
  • 8 août 2010 [Test] Le netbook N150 par Samsung Ça y est je suis enfin libre, mon contrat chez Micromania s'est terminé et je vais enfin pouvoir reprendre un rythme correct ! Alors rassurez-vous il ne s'agit pas d'un prêt ni d'un billet […]

Laisser un commentaire