[Test] Final Fantasy VII : Crisis Core


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : ,

Crisis_core_jaquette.jpg

Sans conteste l’un des jeux les plus attendu sur PSP, ce Final Fantasy n’est autre qu’une préquelle du FFVII original.
L’histoire est basé sur Zacks Fair, Soldat de seconde classe de la Shinra (Première classe étant les héros de type Sephiroth). Cette aventure permettra au joueur de découvrir le tragique destin de Zacks, modèle et ami de Cloud, à travers son ascension vers la première classe, sa lutte contre Genesis et son armée de rebelles.
En effet cette préquelle permet d’introduire deux nouveaux personnages dont on ne parle pas dans FF7 : Angeal, le mentor de Zacks, ainsi que Genesis. Tout deux sont Soldats de première classe et forment avec Sephiroth un trio d’amis et de rivaux en même temps. Cependant alors que la guerre éclate entre Wutai et la Shinra, dans l’ombre Genesis pour d’obscures raisons se révolte contre la Shinra…


Crisis Core: Opening

On voit à travers cette cinématique d’intro, le clin d’œil fait aux fans de FF7, la vue panoramique sur Midgar, le train et l’arrivée dans la gare ainsi que les Soldats en uniforme bleu. Et dieu que c’est beau (c’est normal c’est Square mais quand même) et l’avantage c’est que le jeu en lui même reste beau. Les scènes en temps réel (avec le moteur graphique et non en image de synthèse) sont aussi de toute beauté. Il faut bien admettre que la PSP en a dans le ventre et graphiquement on le voit grâce à ce jeu. Bien sûr la petite résolution change un peu la donne, mais honnêtement ce FFVII Crisis Core n’a pas à rougir face à un FFX ou FFXII sur PS2.

Par contre ce n’est pas comme son grand frère un rpg classique au tour par tour à proprement parler. Les combats sont toujours aléatoires mais l’action se déroule en temps réel. En gros un bouton pour effectuer une action (attaque, magie, action spéciale), un autre pour esquiver, puis un pour bloquer et enfin un dernier changer de cible. On navigue dans ce menu composé de materia grâce aux gâchettes (L/R) et le bouton action valide le mouvement souhaité.
Il est vrai que ça demande un petit temps d’adaptation, mais les fans ayant pu jouer un peu à Kingdom Hearts (PS2 ou même GBA) ne seront pas dépaysé.
Je reviens deux minutes sur les matéria, elles représentent toujours la magie ou les commandes spéciales. C’est elles qui détermineront les options disponibles en dehors de l’attaque lors des combats, il sera donc important de s’équiper des bonnes materias.

Et donc contrairement aux rpgs classique vous serez et resterez seul lors de votre aventure. Il y aura beaucoup de personnages, certains vous accompagnant même, mais c’est seul qu’il faudra faire face aux ennemis. Un petit système de gestion d’emails permet de se tenir au courant de l’évolution de l’histoire, ainsi que d’en apprendre encore plus sur le monde de FF7. Vous aurez accès aussi à une centaine voir plus de mini quêtes facultative visant à gagner des équipements, argent etc…

Un petit mot sur la musique, qui est toujours de bonne qualité, la reprise de thèmes connus ainsi que la création de nouvelles musiques sont parfaitement orchestrés (ça veut rien dire, mais ça fait bien alors je laisse mdr). A noter qu’on regrettera l’absence des voix japonaise dans la version européenne du jeu, on a uniquement droit aux voix américaines qui sont certes moins bonnes mais pas horribles non plus.

Dernier point important, les limites (overdrives pour les ptis jeunes ayant commencé les FF tard, qui sont des coups super spéciaux dignes de jeux de bastons) et les invocations s’enclenchent via une roulette qui tourne constamment lors des combats. Avis aux chanceux, car même la montée de niveau se fait par cette roulette de casino : pour augmenter de level il faut obtenir un 7 7 7. Ça ne gêne pas particulièrement car la roulette donne l’impression d’être un peu scripté, en gros on a l’impression qu’ils se débrouillent pour que ça arrive de temps en temps quand même.

Je vais m’en tenir là, Final Fantasy VII Crisis Core est un must have pour tout possesseur d’une PSP. Le jeu est accessible, étant une préquelle on est pas obligé de connaitre FF7 même si c’est un gros gros plus. C’est beau, c’est bien, c’est Bosch, ah merde non c’est pas ça. Ce jeu vaut vraiment le coup est mérite sa place de classique dans la ludothèque PSP au même titre que God of War ou Monster Hunter. Et encore plus si vous êtes un amateur de Final Fantasy VII, car même si le dénouement est connu d’avance, on se surprend à refaire l’histoire de Zacks et en apprendre plus à son sujet avec plaisir : A acheter les yeux fermés !

Petit cadeau de Noel en retard, sans doute la plus belle scène du jeu, je trouve même qu’on est un niveau au dessus d’Advent Children en terme d’animation. Voyez comment s’entrainent les Soldats de première classe :


Crisis Core: 1st Class Fun

L’info en plus : Les fans de musique japonaise l’auront reconnu. Genesis n’est autre que le chanteur japonais Gackt. Personnellement je m’en fiche mais c’est pour l’anecdote ^^. Plus sérieusement une PSP slim & lite collector FFVII CC est sortie au Japon et en Europe, j’ai eu la chance de m’en procurer une japonaise, qui est vraiment limitée car sérigraphiée et numérotée en 77 777 exemplaire, des photos dans un prochain article.





Laisser un commentaire