[Test] Eat Lead : the return of Matt Hazard…


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : , , , ,

eatlead_ps3

J’avoue qu’au départ je n’étais pas trop tenté par ce jeu, intrigué tout au plus au vue de l’histoire : un vieux héros de jeu vidéo (des années 80 tout en pixel) qui reprend du service pour la next gen. Et pour tout vous dire, je me suis longtemps pris la tête en cherchant qui était ce fameux Matt Hazard… (mode boulet) et quelle fût ma surprise lorsque l’on m’annonça qu’en fait il avait été crée de toute pièce juste pour les besoins de ce jeu.

Bon autant être franc avec vous, le jeu est complètement à la ramasse (en même temps c’est D3, mais ça n’excuse pas tout). Graphiquement ça passe tout juste certes, mais bon il y a pas mal de ralentissements, et même des plantages consoles parfois (on revient à l’époque d’Assassin’s Creed non patché). Le gameplay tente d’imiter celui de Gears of War (je rappelle que le jeu s’y prête vu qu’il s’agit d’un TPS, third person shooter ou jeu de tir à la troisième personne) mais on se retrouve avec une jouabilité type « balais dans le cul »; rigide à souhait et qui provoque la frustration chez le joueur plutôt qu’autre chose.

Mais bon malgré ça, je l’ai quand même terminé et j’ai pris un malin plaisir à y jouer. Et je vais vous expliquer pourquoi :


Eat Lead – Hazard vs JRPG Hero

En gros ici, Matt affronte un boss type RPG japonais, celui ci étant de la vieille époque il ne dispose pas encore de voix, son discours est alors en texte dans une fenêtre bleu (qui a dit Final Fantasy ?). Le dialogue est hilarant, Matt appuie sur le bouton pour faire défiler le texte en disant des trucs du genre « tu te rend pas compte de tout le temps que tu fait perdre au joueur »…. Le combat lui aussi est terrible, le boss contrairement aux autres agit au tour par tour… Pendant que vous le flinguez, il prend le temps de sélectionner ses attaques dans la fenêtre d’à côté, j’ai halluciné.

Eat_lead_girl

La force de Eat Lead, c’est de ne pas se prendre au sérieux, et aussi les multiples références au monde du jeux vidéo de ces dernières années ( Les zombies et les tentacules de Resident Evil, des bombes féminines sortant de Tomb Raider ou Soul Calibur, la séance de sniper comme dans Call of Duty, le premier niveau style Hitman, Mario, le Seigneur des Anneaux et j’en oublie….). Il y a même des ennemis en 2D qu’on croirait tout droit sorti de Wolfenstein 3D -_- Les dialogues sont crus (et assez bien doublé bizzarement), et le fait que Matt sache qu’il est un héros de jeu vidéo donne des conversations surréalistes comme dans Disgaea.

En conclusion, tout comme les films de série B que l’on peut apprécier (à petite dose), Eat Lead est un bon divertissement de seconde zone, il ne lui manquerait que la technique qui va bien pour en faire un bon petit jeu. Néanmoins si jamais l’envie vous en prenait, je vous le conseille uniquement d’occasion où sur internet via A£azon.uk (vu que la £ est faible en ce moment et que le jeu est entièrement en français) mais à 60€ jamais de la vie. Eat Lead : The return of Matt Hazard sur PS3 et XBOX360 : C’est validé à moitié.

L’info en plus : « Essayez de ne pas tomber sous le charme de la charmante geekette/hackeuse qui vous assiste dans vos aventures (voir plus bas), vous risquez d’être déçu. Elle le dit elle même : « Laisse tomber ça ne pourrait pas marcher entre nous ».

Kevin





3 commentaires sur “[Test] Eat Lead : the return of Matt Hazard…”

  1. David 19 mai 2009 at 08:01 #

    Je l’attendais Eat Lead et j’ai été déçu par l’aspect technique (Moi aussi j’ai eu de jolie plantage^^) mais qu’est ce que je me suis marré. Ce qui m’étonne c’est quand je vois que la plupart des sites pro disent que « l’humour tombe tout le temps à plat ». Je crois qu’ils ont pas apprécié de s’être fait avoir à l’annonce du jeu en balançant des « les nostalgiques souriront à l’entente du nom Matt Hazard, ce héros des années 80 » avant de se rendre compte qu’il a jamais existé (et au fait, moi aussi j’ai cherché et même trouvé vu que les développeurs avez ouvert un site recensant des faux oldies^^).
    Sinon, le combat contre altos stratus est énorme et y a un autre passage qui m’a marqué c’est quand tu montes dans un ascenseur, t’attends, ‘est bien long, t’appuie un coup sur PS pour être sur que ça a pas planté. Moi je m’énerve et je balance « Eh j’ai pas que ça à foutre moi » et là Matt répond (enfin dit mais ça fais bizarre^^) : « Si t’avais pas que ça a faire, tu serais pas devant ta console ». Euh…. t’as pas tort^^.

    Moi j’attends une suite avec impatience^^

  2. Uriel 19 mai 2009 at 15:17 #

    Oui terrible le coup de l’ascenseur, d’ailleurs si je me souviens bien, pour ce jeu je t’avais demandé conseil (car tu l’avais fait avant moi). Merci !

    Je pense que les gens aujourd’hui sont trop dur et pensent trop caractéristiques techniques avant plaisir de jeu. Bien sûr ça reste très important mais faut faut remettre les choses dans leur contexte, Eat Lead n’a jamais eu la prétention d’égaler un Resident Evil ou Gears of War.

    J’ai vu un test de la démo de FF13 d’ailleurs par un site spécialisé, où ça ne parle que de textures, aliasing, framerate etc… que des trucs technique pour finalement rien dire sur le jeu en lui même. Je trouve ça trop réducteur comme façon de voir les choses, et c’est dommage.

  3. David 19 mai 2009 at 16:03 #

    Je suis totalement d’accord, le problème qu’a Eat Lead est le même que celui qu’a eu Rise of the Argonauts.
    Je ne sais pas si tu y a joué mais, certes il est bourré de défaut technique (ralentissement, aliasing a faire peur etc…) mais une fois dedans, le background est tellement prenant que tu vois pas l’heure passer. Et il a été descendu quelque chose de bien. D’ailleurs si t’as l’occasion de le trouver pas trop cher, je te conseilles de l’essayer si tu ne l’a pas déjà fait.

    Eat Lead, je l’avais pris le jour de sa sortie sans attendre les tests tellement j’aimais bien le scénario (enfin ce qu’on en savait à l’époque) et je l’ai finit en 3 ou 4 jours. Il est trop court^^.


Laisser un commentaire