[Test] Dynasty Warriors 8 (PS3, Xbox 360)


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous

Étiquettes : , , , , , , , ,

Salut tout le monde, c’est en direct depuis la bataille de Chibi (enfin dans mon canapé, manette à la main) que je vous propose de découvrir mon avis sur le nouveau Dynasty Warriors sorti à la mi-juillet de cette année.

En tant que grand fan de la série impossible pour moi de passer à côté de ce Dynasty Warriors 8 (testé ici sur PS3). D’autant plus que la présence du jeu à Japan Expo et l’interview que j’avais pu faire m’en avait donné encore plus envie.

Dynasty Warriors 8 - jaquette

Dynasty Warriors 8 (Shin Sangoku Musou 7 au Japon)

Un peu d’histoire pour commencer

Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu la licence , Dynasty Warriors est un beat them all basé sur une des histoires/légendes les plus connues de Chine : L’histoire des Trois Royaumes. La saga commence sur PSone avec un jeu de baston et devient finalement un beat them all à partir du second volet sur PS2. S’en est suivi de nombreux épisodes pour arriver à ce Dynasty Warriors 8 pour les consoles actuelles.

Le jeu nous plonge dans une Chine déchirée par des guerres intestines et révoltes en tout genre. L’empire corrompu est complètement impuissant et fait appel à ses seigneurs de guerres pour résoudre la situation (chacun contrôlant une région de la Chine). Rapidement 3 héros se démarquent : Cao Cao qui souhaite unifier le pays par la force, Liu Bei souhaite en faire de même mais par la bonté et Sun Quan met en avant la force de sa famille.

Dynasty Warriors 8 - Wei

Le Wei. Le royaume de Cao Cao dispose de nombreux officiers de talents ainsi qu’une armée massive surpassant celle des deux autres.

Dynasty Warriors 8 - Shu

Liu Bei ère longtemps sans terre. Mais sa rencontre avec Zhuge Liang changera son destin, il est accompagné de moins d’officiers mais la plupart sont exceptionnels dont Guan Yu le Dieu de la Guerre.

Dynasty Warriors 8 - Wu

Le Wu, dirigé par la famille Sun. Les tigres de JiangDong mettent en avant la force de leur famille (Sun Jian, Sun Ce, Sun Quan et Sun Shang Xiang) ainsi que leur maitrise totale sur les batailles maritimes.

Un point de vue plus personnel dans les batailles

Depuis les premiers épisodes l’histoire est toujours la même et Tecmo Koei n’a pas cherché à la réinventer (sauf pour ceux qui ont connu Kessen 2). Néanmoins de nombreuses subtilités ont fait leur apparitions dans ce nouveau volet. La première est la manière de voir les batailles dans le mode histoire, plus personnelle, on choisira parmi 3 à 4 officiers importants ayant participés à la bataille en question plutôt que de bêtement  jouer chaque personnage dans chaque bataille comme un jeu d’arcade.

Du coup on voit beaucoup moins d’incohérences et on ne retrouve pas des officiers n’étant pas encore née dans les premières batailles de l’histoire. L’autre avantage est de mieux apprendre à connaitre les personnages ainsi que leur haut fait. Dans la pratique vous jouerez les personnages qui ont eu un rôle important dans chaque bataille, comme Zhao Yun dans la bataille de Chang Ban ou Zhuge Liang dans la bataille de Chibi.

Dynasty Warriors 8 - choix personnage

Lors de la bataille de Chibi par exemple il vous faudra choisir parmi les officiers ayant un rôle important sur le déroulement de la bataille.

Un système de combat plus affiné

Pas de changement radical au niveau des combats mais l’ajout d’un système « pierre feuille ciseaux » fait sont apparition dans les armes. Cela ajoute un peu de piquant dans les affrontements contre les officiers puisque l’on peut être avantagé contre un ennemi puis complètement désavantagé face à un autre. Les trois affinités se comportent de la façon suivante : le Ciel bat la Terre qui bat l’Homme.

Les ennemis qui ont l’ascendant sur vous ne broncheront pas suite à vos coups, il sera donc difficile de les tuer. Vous pouvez forcer votre destin ou tout simplement utiliser une autre arme (à choisir judicieusement avant la bataille) pour pouvoir retourner la situation. Les officiers disposent chacun d’une arme de prédilection mais peuvent aussi utiliser n’importe quelle autre arme du jeu avec plus ou moins de dextérité (symbolisé par des étoiles).

Dynasty Warriors 8 - affinité arme

Cette icone bleue nous montre que notre affinité à l’avantage par rapport à celle de l’ennemi. Une fois l’icone brisé vous lancerez une attaque surpuissante appelé : Ruée Orageuse.

Toujours plus de personnages

Dynasty Warriors 8 introduit de nombreux nouveaux personnages. Guan Yinping et Guan Xing (fille et fils de Guan Yu) chez les Shu mettant encore plus l’accent sur la famille du Dieu de la Guerre. Yue Jin et Li Dian qui sont des officiers qui suivent Cao Cao depuis ses début en tant que royaume du Wei. Lu Su, le stratégiste d’exception et Han Dang le discret font leur apparition en tant que personnage jouable chez les Wu.

Mais l’officier m’ayant le plus marqué est Zhang Chunhua, la femme de Sima Yi. Ce dernier est le stratège de génie du Wei puis donnera naissance à l’empire Jin. Mais comme chacun le sait, derrière chaque grand homme il y a une femme et ça se vérifie dans Dynasty Warriors 8. Chunhua est dépeinte comme une mère et une femme stricte et malgré les apparences elle est à l’origine de toutes les décisions et victoires de sa famille.

Dynasty Warriors 8 - Zhang Chunhua art

Comme d’habitude les artworks de Dynasty Warriors 8 sont à l’image du chara design : magnifique !

Dynasty Warriors 8 - Zhang Chunhua Battle

Au delà de son caractère, c’est aussi le style de combat de Zhang Chunhua que j’ai adoré. Elle est équipée de griffes et de milliers de fils ultra coupant. Ses attaques ressemblent un peu au Lightning Bolt du chevalier d’or du Lion.

Amélioration technique

Graphiquement on est loin des sommets en la matière, néanmoins si on se réfère aux épisodes précédents, le moteur est indéniablement optimisé et n’a pas à rougir face aux jeux du même genre. Le nombre d’ennemis affiché à l’écran est bluffant et le jeu ne souffre d’ailleurs plus d’ennemis qui apparaissent au dernier moment (problème de profondeur de champ résolu) même si on déplore toujours une IA toujours comparable à la masse cérébral d’une huitre.

Les développeurs ont eu l’intelligence de mettre les chargements pendant les interludes où le narrateur (pas de voix dans la version européenne ?) nous raconte la situation globale entre les batailles, ce qui rend le jeu bien plus fluide et les temps de chargements bien plus courts et faciles à supporter. Un effort a été fait au niveau des transitions cinématiques et phase de jeu, il ne sera pas rare d’assister à une scène et d’enchainer directement sur le champs de bataille sans voir de coupure : effet garanti !

Dynasty Warriors 8 - nombre ennemis ecran

Le nombre de personnages affichable en même temps à l’écran est impressionnant.

Dynasty Warriors 8 - narration

Les temps de chargements sont camouflés dans les phases de narration : une très bonne idée des développeurs.

Une durée de vie colossale !

Après avoir fini le mode histoire vous pourrez refaire les batailles et si vous accomplissez l’ensemble des objectifs bonus vous débloquerez un scénario hypothétique pour chaque royaume (Wei, Shu, Wu et Jin). Cao Cao avait d’ailleurs dit après sa défaite à Chibi : « Si seulement Guo Jia était présent… », l’occasion pour le joueur de réécrire l’histoire de son royaume préféré.

Et ce n’est pas tout, Dynasty Warriors 8 propose un mode Ambition où le but est de construire le Tongquetai (un genre de pagode/palais) afin d’accueillir l’Empereur. A la façon d’un RPG, il faudra développer sa ville en enchainant les missions. Ces dernières rapportent plusieurs ressources dont des alliés, des matériaux de construction, de l’XP, de l’or et de la renommée.

Dynasty Warriors 8 - Ambition Mode

Dans le mode Ambition il faudra faire prospérer votre ville, recruter de nouveaux officiers. Une occasion en or pour nouer des liens sociaux avec ces derniers qui vous aideront dans vos futures batailles.

Tu es un vrai guerrier des Trois Royaumes !

J’ai parcouru le jeu de long en large et en travers, je n’ai pas été déçu sauf sur un point : le doublage anglais qui nous est imposé. Vivement la sortie du patch qui permettra d’avoir les voix originales car même si elles ne sont pas aussi catastrophiques que les voix françaises de l’époque (Dynasty Warriors 2/3), rien ne pourra supplanter la VO surtout pour un jeu comme Dynasty Warriors.

En cette fin de génération, Tecmo Koei nous propose un des meilleurs Dynasty Warriors sorti jusqu’à présent. Dynasty Warriors 8 est un régal pour les fans de la saga, de part ses nouveautés et ses nouveaux personnages. Proposant un système de jeu plus abouti et une durée de vie à tout épreuve il constitue en même temps l’épisode idéal pour commencer l’aventure Dynasty Warriors pour ceux qui n’y ont jamais joué.

4a

 4/5 L’un des meilleurs Dynasty Warriors jamais sorti, si vous êtes fan il vous le faut ABSOLUMENT !

L’info en plus : Reste à attendre les DLC supplémentaires, je pense notamment aux tenues spéciales des personnages et surtout aux voix japonaises qui me permettront de profiter pleinement du jeu. En attendant Dynasty Warriors 8 est dispo à 45€ sur Amazon, faites-vous plaisir !

Dynasty Warriors 8 - Zhu Rong

Tecmo Koei oblige, un soin tout particulier a été apporté aux personnages féminins du jeu et ce n’est pas moi qui vait m’en plaindre. (Ici Zhurong, la femme de Menghuo qui dirige la région du Nanman).




Vous en voulez encore ?


1 commentaire sur “[Test] Dynasty Warriors 8 (PS3, Xbox 360)”

  1. NeoDandy 14 août 2013 at 10:17 #

    A la lecture du test, malgré les présentations etc. le néophyte est rapidement perdu dans les détails des familles et autres.

    Difficile de prendre le train en cours; même si la série semble se renouveler doucement … Mais surement.

    Le genre Dynasty Warriors, je ne le connais qu’à travers des adaptations : Ken le Survivant (360) ainsi que St Seiya : La Bataille du Sanctuaire qui était plaisant mais sans plus.


Laisser un commentaire