Tag Archives: Sexy

[Aperçu Manga] All in

Petit article pour vous parler de « All in » un manga dont on m’a parlé récemment et que je souhaitais vous faire découvrir à mon tour. Plusieurs raisons à cela, tout d’abord parce que j’adore les mangas sur les jeux et/ou le sport (Yu Gi Oh, Hikaru no Go, Slam Dunk, Eyeshield 21), All in (qui signifie « tapis ») est donc un manga sur le Poker .

Sa particularité ne s’arrête pas là car c’est un manga français, et au vu de la qualité graphique, de l’originalité de l’œuvre (premier manga, à ma connaissance, sur le poker) et aussi d’un brun de nationalisme :p (non pas de politique, je blague !) , je pense qu’il est de bonne guerre de soutenir les jeunes « mangaka » français.

all_in_volume1That’s Poker !


Je n’ai malheureusement pas encore eu le temps de me les procurer (ça ne saurait tarder), mais après une vingtaine de pages feuilletées, je dois dire que pour une œuvre européenne : ça à l’air pas mal du tout (même si le dessin reste franchement en dessous des classiques du genre). Et pour une fois on va avoir droit à des lieux français sans qu’il n’agisse de traductions foireuses (Je pense à « Embrasse-moi Lucile », ils vont à la « Sorbonne » à Tokyo avec les cerisiers en fleur…).

Le début du manga reste assez classique pour le genre, Thomas atteint de mythomanie aiguë (comme beaucoup de jeunes garçons) va découvrir que son talent pour le mensonge et sa capacité à discerner le vrai du faux sera un avantage certain pour le poker !

All_in_screenLes dessins sont plutôt soignés, je trouve les décors/fonds un peu vide. Et je note un manque de trames flagrant, mais je chipote là :p


Ce manga vous semble intéressant (non je ne parle pas que de la blonde…) mais malheureusement, le poker vous ne connaissez pas du tout ? Je vous avouerais que moi non plus je n’y connaissais rien il y a encore quelques temps et un jour j’ai zappé sur NRJ12 qui diffuse certaines émissions (la qualité des programmes fait parti d’un autre débat) et je suis resté scotché devant :)

Je veux bien croire que vous soyez un peu perdu, il y a plusieurs sortes de poker mais vous ne me ferez pas gober que vous n’avez aucunes notions (c’est pas possible). Paire, Full, Carré, Quinte, autant de termes que vous connaissez sans doute déjà mais ce qu’il faut savoir c’est que le poker le plus répandu aussi bien sur les tables que sur le net, est le Texas Hold’em.

all-in-volume3Et moi qui vous disait qu’il n’y avait pas que les blondes dans la vie ! Comment ça je bluffe ?


Bien entendu l’histoire ne se limite pas qu’à son héros, il y a une équipe cosmopolite qui se forme en vu des « nationaux » (les amateurs de mangas de sport me comprendront), ici représenté par un gros tournoi. Un amour à sens unique, le tout saupoudré d’humour lors de situations pas possibles et aussi de références à différents jeux-vidéo : une recette qui (étrangement :D) m’attire !

Je me ferais un plaisir de vous tenir au courant dès que j’aurais mis la main dessus, la série comptant pour le moment 3 volumes et est éditée par les Humanoïdes Associés.

L’info en plus : Au pire regardez une nouvelle fois Casino Royal, ça devrait vous rafraichir l’esprit sur votre connaissance du Poker !

[Sexy] Election de la miss Bayonetta française

Me voilà de retour pour vous jouer un vilain tour (vous voyez je travaille mes entrées en matière :p). L’occasion de reparler de Bayonetta (si jamais vous aviez manqué le test), à l’occasion de l’élection de la miss Bayonetta française (cocorico !). Petit trailer histoire de vous mettre en bouche :

Avant goût de la séance photo.

Trois jeunes filles ont été sélectionnées, vous aurez plus d’informations sur elles sur le site officiel de « Game in TV » à travers 3 vidéos de chacune des donzelles (au passage je ne connaissais pas l’émission, mais elle ne me tente pas du tout). Mais bon je ne résiste pas à l’envie de vous montrer la frimousse des trois demoiselles.

Léa_BayonettaLéa


Freiya_BayonettaFreiya, qui a un visage un peu particulier qui colle bien avec Bayonetta.


Marine_BayonettaEt Marine, ma préférée de loin…


En votant vous aurez la possibilité de gagner des jeux Bayonetta sur le support de votre choix. Évidemment nous sommes loin d’être des précurseurs, puisqu’il y a déjà quelques mois, Maxim (oui le célèbre magazine, pour nous les hommes) en partenariat avec SEGA lançait un casting qui visait à trouver une Bayonetta en chair et en os dans toute l’Amérique. Vous retrouverez les demoiselles sur le lien, mais je me permet une petite sélection personnelle des prétendantes :p

andrea_bayonettaAndrea la grande gagnante :)


kristy_BayonettaKristy, qui a de sacrés atouts… Je parle du katana bien sûr !!!


Paloma_BayonettaPas besoin d’être Cosplayée, « on a toute une Bayonetta en nous » pas vrai Paloma ?


Et vous ? Vous préférez les françaises ? les américaines ? Ou vous trouvez même ça ridicule peut être :) , en ce qui me concerne je trouve l’initiative plutôt sympa. Surtout que les demoiselles sont toutes belles et charmantes, puis ça reste dans les limites du sexy sans entrer dans du vulgaire. Par contre je suis pas très convaincu dans le fait que ces filles soient réellement amatrices du jeu (sauf celle qui a découvert Bayonetta à la Japan Expo).

L’info en plus : Finalement Bayonetta est la preuve que les brunes et les femmes à lunettes peuvent faire fantasmer… En tout cas moi les lunettes, j’adore !

[Animation] Un bleu parfait ?

Perfect Blue est un film d’animation de Satoshi Kon sorti en 97 au Japon puis en 99 en France. Contrairement à ce qui se fait d’habitude, ici on a affaire à un thriller très sombre (et ouais pas de héros, de robots, ou même de triangle amoureux).

Ce film raconte l’histoire de Mima Kirigoe, une jeune fille normale, pleine de vie et de rêves, mais qui est aussi chanteuse dans un girls-band qui connait un franc succès: les Cham. Ce sont ce qu’on appelle des « idoles » au Japon (plus connue que le commun des mortels mais pas encore autant qu’une vraie star).

C’est pourquoi elle décide (sous les conseils de son manager), malgré le succès grandissant du groupe, de quitter celui-ci afin de poursuivre sa carrière dans le cinéma. Voici d’ailleurs la chanson qu’elle chante à son public lors de son dernier concert (qui figure parmi mes chansons préférées, aujourd’hui encore…).


Perfect Blue – Omoide Ni Dakarete Imawa

Son manager finira par lui dégoter un petit rôle dans une série de seconde zone, où elle devra y tourner une scène de viol. Réaliste, Mima sait qu’elle doit faire des sacrifices pour percer dans le monde cruel du cinéma. C’est à ce moment là que le film commence réellement, traumatisée par le tournage, Mima commence à perdre pied. Sa carrière « avance », elle joue dans divers feuilletons, pose pour des magazines de charmes et fini par développer une double personnalité qui la hante : « Est-ce réellement ce que tu voulais ? ».

S’ajoute à cela les fans de la première heure qui ne reconnaissent plus leur idole, une jeune fille vive, qui respirait la joie de vivre. Enfin surtout l’un d’entre eux, un vrai maniaque/psychopathe qui la suit partout, inonde sa boite mail et qui souhaite retrouver l’ancienne (sa) Mima à tout prix.
Cependant son malheur ne s’arrête pas là, elle voit ses anciennes copines faire un tabac en continuant les « Cham » à deux, mais sa décente aux enfers ne s’arrête pas là. Une série de meurtre abominable commence à avoir lieu dans son entourage, collaborateurs, photographes etc…

10 ans que ce film est sorti et il n’a pas pris une ride, cela grâce à une réalisation impeccable. Le chara-design est très réussi, l’animation est remarquable, quand au dessin en lui même, il est de toute beauté. Satoshi Kon surfe ici sur sa vague préférée, perdre le spectateur (et l’héroïne en même temps ^^) aux frontières du réel.

La partie audio n’est pas en reste, les voix françaises sont de bonnes qualités (la VO est mieux, mais je n’en parle pas tellement ça me semble évident), et la bande son grandiose ! Avec des chansons entrainantes comme « Ai no tenshi » ou triste comme « Omoide ni dakarete ima wa » et les musiques d’ambiance aussi réussies qu’angoissantes.

En conclusion c’est un très bon film, à voir que l’on soit ou pas, amateur d’animation japonaise. Complètement à l’opposée d’un Ghibli (fraicheur, magie, rêve), ici on est plongé dans l’horreur, le doute, l’obscurité. Cependant même si se sont deux styles opposés ils ont un point en commun, celui d’être fédérateur de l’animation japonaise, c’est à dire qu’on peut ne pas être fan de mangas et adorer ces films en les considérant comme tel. Venez donc vous frotter aux désillusions de la jeune Mima et de son univers impitoyable (Dallas ?! J’ai cherché toute la nuit pour ce jeu de mot, ne me remerciez pas ^^).
Perfect Blue : C’est validé depuis 10 ans déjà !

L’info en plus : A déconseiller aux moins de 16 ans quand même (bon j’avais 14 ans à l’époque…). Pensez à le regarder au moins deux fois si ce n’est plus, si vous ne voulez pas passer à côté de l’histoire. Ah oui, j’oubliais, Perfect Blue est disponible en DVD édité par HK video, trouvable pour moins de 20€ chez Virgin/Fnac…

[Anime] Code Geass

Et voilà ça faisait un moment que j’avais commencé cet article, le voilà terminé en partie. Un anime qui me tient autant à cœur sinon plus que Nadia.

Voici sans conteste pour moi le meilleur anime que j’ai pu voir jusqu’à présent (parmi les nouvelles productions évidemment) j’ai nommé : Code Geass Hangyaku no Lelouch.
Elu par deux fois meilleure serie par l’Anime Grand Prix (magazine de référence au Japon concernant l’animation japonaise) en 2006/2007 et en 2007/2008 devant un certain Gundam 00, sans parler des nombreux autres prix reçu tel que le meilleur personnage masculin (Lelouch) et féminin ( C.C ) ainsi que du meilleur générique etc…

Synospis reprit sur Wikipédia :

Le 10 août 2010 du calendrier impérial, l’empire sacré de Britannia écrase les forces japonaises et conquiert le pays en moins d’un mois grâce à leur nouveaux mechas nommés Knightmare. Dans la défaite, le Japon perdit son indépendance et fut renommé Area 11. Les japonais quant à eux perdirent tous leurs droits et leur identité nationale, renommés Eleven. Ils furent déplacés dans des ghettos, cédant la majeure part du territoire aux colons britanniens. Pourtant des mouvements rebelles naissent et les nationalistes japonais continuent la lutte pour l’indépendance.

Fin de citation.

Lelouch Lamperouge, qui n’est autre que Lelouch Vi Britannia, héritier du trône, a juré de se venger de son père, Empereur de Britannia, qui laissa autrefois sa mère se faire assassiner et sa petite sœur devenir infirme. Il maudit lui même son impuissance (ce n’est un lycéen comme un autre) jusqu’au jour où il rencontra par hasard C.C (à prononcer « Shi Tsu » en anglais/japonais ou « C Two » en anglais). Il se voit confier par cette dernière un pouvoir hors du commun appelé le Geass : lui octroyant le pouvoir de donner n’importe quel ordre à une personne et ce, une seule fois par personne.
Pour tester son pouvoir il demande à un régiment armé de se suicider, ce qu’ils font avec plaisir. Avec son nouveau pouvoir, son intelligence au dessus de la normale et son sens inné pour la stratégie (il est très bon aux échecs) il tentera à lui seul de renverser Britannia et son père. Il gagnera rapidement la confiance des rebelles japonais qui lui serviront d’armée personnelle et deviendra chef de l’ordre des Chevaliers noirs. Lelouch est un personnage formidable, il n’a pas peur d’aller aux bout de ses idées, prêt à tout pour tuer son père et créer un monde parfait pour sa sœur. C’est aussi un fin stratège capable de se sortir de n’importe quelle situation et on ne se lasse pas de le voir (en action).

Voici C.C , la « sorcière » qui apporta le Geass à Lelouch. Un pacte (qui à dit diable ?) lie à présent Lelouch et C.C jusqu’à la mort. C’est un personnage très mystérieux au départ, on apprendra à la connaître au fur et à mesure de l’avancement de la série.
Espiègle à souhait et doté d’un charme irrésistible, elle suivra désormais Lelouch où qu’il aille comme son ombre. Comment ne pas adorer un personnage aussi attendrissant qui ne connait rien à la vie et qui découvre les relations sociales ainsi que Pizza Hut (sans déconner…)

Il se heurtera néanmoins à son ami d’enfance Kururugi Suzaku. Lui étant japonais, il souhaite comme Lelouch libérer les Eleven (Japonais) mais de manière différente. En prouvant sa valeur et en servant Britannia, il pense pouvoir changer l’empire de l’intérieur et ainsi libérer les opprimés.
Simple soldat au départ il sera amené à devenir le principal obstacle de Lelouch, en intégrant l’ordre de la chevalerie. A bord de son Knightmare (nom des robots) : le Lancelot.
Je n’aime pas trop ce type de personnage, trop lisse, trop bon. Bien pensant il ne se rend pas compte de ses erreurs ainsi que des choses primordiales qu’il sacrifie, comme l’amitié par exemple.

Karen Stadtfeld est une étudiante frêle le jour mais une redoutable pilote de Knightmare la nuit (façon de parler). Elle est en fait à moitié Eleven et fait partie de la résistance. A la mort de son frère et unique famille elle fait la connaissance de Zero (pseudonyme de Lelouch qui souhaite garder son identité secrète) et devient ensuite garde du corps de ce dernier. Elle rivalise en pilotage avec Suzaku à bord de son Guren Nishiki.
Mon grand coup de cœur de la série, sa double identité reflète sa personnalité. Une guerrière hors pair sur le champs de bataille et une femme encerclée par ses propres doutes face à ses propres sentiments.

Revenons-en aux généralités. La plastique de Code Geass est vraiment superbe, rarement il m’a été donné de voir des graphismes aussi beau et surtout de manière égale. Souvent dans les séries, certains épisodes se retrouvent sous-traité et paraissent moche par rapport aux autres épisodes, ici ce n’est pas le cas : la qualité est constante. La chara-design est somptueux sous condition d’aimer les Clamp (4 filles dans le vent qui ont fait deux trois bricoles : Tokyo Babylon, X, Magic Knight Rayearth, Trèfle ou RG Veda et bien d’autres… =) )
Niveau robot on est servi aussi, vu que c’est le studio Sunrise (Gundam) qui s’en occupe. Les knightmares sont vraiment très beaux et possèdent un style travaillé et plutôt fins. On est loin des gros mammouths tout laid ^^.

J’en ai déjà trop dévoilé sur l’intrigue, je passe exprès sur les personnages secondaires (pas si secondaires que ça d’ailleurs) que je vous laisse découvrir lorsque vous regarderez cette merveilleuse série.
On ne peut que prendre du plaisir à regarder cette série de qualité sur tous les points de vues. Histoire captivante, personnages charismatiques, de l’action, de la stratégie, des sentiments et des trahisons font de Code Geass un Anime incontournable.
Code Geass : C’est très très validé ! A ne manquer pour rien au monde !

Lelouch commands you….

L’info en plus : Il existe une deuxième saison appelé : Code Geass R2, que je vous conseille tout aussi vivement. Il s’agit de la suite directe, avec l’ensemble des protagonistes plus quelques nouveaux. L’histoire prend un nouveau tournant et on assiste impuissant à la fin de cette saga.

[Test] Persona 3 FES

Me revoilà pour fêter la première semaine de vie de mon blog, quoi de mieux que de présenter un des derniers bijoux de la PS2 ? Persona est un spin off de la saga des Shin Megami Tensei (Shin Megaten pour les intimes) développé par ATLUS. Mais alors qu’est-ce que F.E.S ? Il s’agit tout simplement d’une réedition du 3, en y rajoutant monstres, quêtes, cut-scenes, costumes, ainsi qu’un chapitre supplémentaire inédit faisant directement suite à l’histoire principale. On a donc ici pour une trentaine d’euros ce merveilleux RPG ainsi que son « add-on ».

Vous êtes vous, enfin le héros n’a pas de nom prédéfini. Vous venez d’intégrer le lycée, quoi de plus normal, sauf que vous découvrez l’existence de la « Dark Hour », une heure que seuls ceux qui ont le potentiel peuvent voir. Pendant cette 25ème heure, les gens normaux se retrouvent transformé en cercueils, tandis que certains bâtiments changent de formes et bien sûr une horde de monstres (nommé les shadows) apparaissent. Notre jeune lycéen rencontre ensuite d’autres personnes ayant le potentiel, et les rejoint afin de combattre les shadows.
Cependant ils ne lutteront pas seul, accompagné de leurs Persona (un genre de reflet de la personnalité, matérialisé par une créature) que l’on invoque en se tirant (tout simplement) une balle dans la tête (avec un pistolet spécial hein, avec un Desert Eagle vous êtes cuit…)

Graphiquement le jeux est correct, on est sur PS2, on a déjà vu mieux mais la technique n’est pas le point fort du jeu, c’est son concept. Néanmoins le chara design est très soigné comme d’habitude et les séquences en Anime sont très bien réalisées (Vous me direz ce que vous pensez de Mitsuru ou Yukari…). La journée vous allez en cours, à la manière des Ero-game japonais (à savoir les jeux de dragues, images fixes + questions à choix multiple) vous répondrez aux questions (des fois tordues) des profs, vous vous ferez des amis (nécessaire pour améliorer ses Soul Link permettant d’avoir des persona plus puissant) etc…
L’après midi est libre, vous pourrez augmenter certaines stats, tel le charme, l’intelligence ou le courage. Ou continuer d’améliorer vos lien sociaux, ou même ne rien faire (il est même possible de passer son dimanche à faire du MMORPG).
Le soir venu, à l’approche de la Dark Hour il vous sera possible de prendre votre équipe et partir à la découverte du Tartarus, une tour avec un incalculable nombre d’étages se matérialisant là où se trouve le lycée (non non l’ecole c’est pas le mal… rah je vais avoir les parents d’élèves sur le dos…)
A chaque pleine lune un boss fera son apparition donc il faut vous débrouiller pour être au niveau et pas trop fatigué, tout en ayant fait plaisir à ses potes, sans négliger sa copine et être prêt pour les exams… Tout un programme…

Je ne vais pas trop vous en dévoiler non plus, mais sachez que c’est un jeu super prenant, on récupere des monstres, on les fusionnes, par deux, par trois pour obtenir des Personas encore plus puissant, on monte dans le Tartarus, on meurt, on recommence etc… (Notez que vous ne contrôlerez que le héros et si celui ci meurt c’est direct GAME OVER). Quelques détails sur le gameplay, c’est un RPG assez classique, dès que vous touchez un monstre sur la carte, changement d’écran puis combat. Les 3 autres personnages sont contrôlé par l’ordinateur, cependant vous pouvez indiquer la stratégie générale. Le systeme de combat est un peu basé sur les éléments, en fait si un ennemi est faible au feu, si vous l’attaquez avec une magie de foudre donc… non! j’avais dit feu (on se reveille là dedans !) vous aurez droit à un tour supplémentaire pour bien lui casser la goule comme il faut. Bien évidemment ça s’applique aussi à votre équipe et il ne sera pas rare d’avoir les yeux plus gros que le ventre, monter trop haut dans le Tartarus pour se faire exploser comme une merd… et pleurer car cela faisait trois heures que vous n’aviez pas sauvegardé.

Je pense vous avoir parlé du plus important, le jeu est vraiment très complet, la bande son est géniale (je vous conseille vivement d’aller voir sur Nautiljon), l’histoire tient en haleine et le concept de passer une année de lycée (oui oui vous ferez chaque jour de la rentrée jusqu’à la fin de l’année ^^).
C’est vraiment un bijou à ne pas rater, addictif, fun et dur (possibilité de le mettre en hard pour les fous, sachant que le chapitre bonus n’est dispo qu’en hard), il faut comme j’aime le dire l’ acheter les yeux fermés et bien en profiter.


Persona 3 FES- Opening

L’info en plus : Hélas le jeu n’a pas été localisé, mais bon c’est déjà bien qu’un tel jeu atteigne nos contrées barbares. A savoir qu’il existe plusieurs Anime/mangas de Persona et que Persona 4 va en décembre fouler les terre américaines (si jamais vous faites dans l’import), quand à une sortie française croisons les doigts (sachant que KOEI france, l’éditeur de ce jeu chez nous a fermé ses portes…)

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.