[PGW 2011] Preview d’ELSWORD, un MMO à la sauce manga qui promet


Dans la catégorie : J'ai testé pour vous and News

Étiquettes : , , , , , , , ,

Marre des FPS à la sauce Next-Gen qui se finissent en moins de 5 heures ? Marre des jeux en 3D et des jeux trop occidentalisés ? Vous voulez du jeu à l’ancienne, du gameplay en 2D le tout en mode massivement multijoueur ? Ne cherchez plus, c’est Elsword qu’il vous faut ! Alliant de l’action rapide et graphisme de type manga, Elsword vous propose une expérience dans le MMO (avec un côté RPG) de type asiatique sans se ruiner puisque ce dernier est gratuit !

C’est au Paris Games Week qui a eu lieu il y a quelques jours (ou semaine, je suis décalé à cause du déménagement et plein d’autres trucs) que j’ai pu découvrir Elsword lors d’une présentation effectué par Gameforge grâce à qui l’on peut d’ailleurs jouer au jeu en version française (et plus globalement européenne). Comme je le disais plus haut, on parle donc ici d’un jeu PC, jouable via un client à télécharger de façon gratuite.

De l’action, un design « kawaii » et manga et le côté RPG : un mélange qui me plait !

Loin de l’actualité traditionnelle des jeux vidéo dont on parle souvent dans les médias en ce moment (je parle des gros blockbusters consoles) se trouvent des petits plaisirs peu connus des non-initiés. En farfouillant un peu sur internet vous risquez d’entendre très rapidement parler d’Elsword qui est sorti depuis début Septembre en France. Le jeu avait déjà fait ses armes en Corée et dans d’autres pays asiatiques et aujourd’hui il s’attaque au marché européen.

J’imagine d’ailleurs que si vous êtes là à me lire, c’est que vous avez tout de même une certaine affinité pour la culture japonaise et ses dérivés. Du coup je pense à coup sûr que le character design des personnages vous enchante déjà (très coréen, très Ragnarok), car entre nous, il m’a suffit d’une image pour les harceler et avoir plus d’information sur le titre ! Elsword fait donc le pari du style manga qui après un gros boum dans les jeux, commence maintenant à se faire rare, trop rare d’ailleurs (je parle évidemment de jeux vidéo localisé en France).

Elsword c’est de l’action rapide avant tout, un maximum de combos pour obtenir un maximum de points… Quand je vous disais que c’était à l’ancienne !

Les illustrations sont belles c’est une chose, mais qu’en est-il du reste ? Techniquement parlant il faut savoir que le jeu est entièrement modélisé en 3D, même si le gameplay est quand à lui en 2D (prenez par exemple les phases de plateforme d’El Shaddai). Bien sûr ce n’est pas de la 3D comme on peut en avoir dans Final Fantasy XIII, mais l’ensemble reste joli et plus que correct. Deux avantages à cela, le jeu peut donc tourner sur toutes les machines (même les plus modestes) et surtout n’oublions pas la gratuité du titre : dans le domaine du « free-to-play » Elsword s’en tire donc avec les honneurs.

En ce qui concerne le jeu en lui même, vous aurez droit à différents chapitres (stages) à passer qui sont eux même constitués de plusieurs niveaux. Regroupés dans différentes régions, plus ou moins dangereuses, il vous faudra progresser et surtout terminer ces zones pour avancer dans l’histoire du jeu. Seul ou en équipe de 4 (maximum), vous pourrez défier les trois niveaux de difficulté proposé par chaque donjon (instancié bien sûr) pour débloquer tout le contenu d’Elsword. Contenu qui s’agrandit de jours en jours via  les mises à jours sont plus que fréquentes (basées soit sur des évènements de la vie courante comme Halloween, soit sur des évènements propres au background du jeu) sans oublier qu’il existe des donjons cachés à débloquer, Gameforge pense d’ailleurs rattraper les coréen en terme de contenu d’ici courant 2012 (et oui la France est éternellement en retard).

Rassurez-vous, contrairement à cette image, le jeu est entièrement localisé en français.

A noter que le jeu est donc entièrement traduit en français, qu’il s’agisse des textes mais aussi des voix et ça c’est très fort pour un jeu gratuit (les anglophobes vont être content). Une des particularités du jeu vient justement du temps de jeu : impossible d’enchainer les donjons pendant des heures et des heures car vous avez une barre de volonté qui se décharge au fur et à mesure des instances que vous faites. Il existe deux façon de pallier à ce problème pour pouvoir continuer à jouer en toute quiétude.

Dans un premier temps pour les plus paresseux il vous suffit d’attendre le lendemain et votre jauge sera de retour à son maximum (c’est à dire 100%). Pour les autres plus il faudra tout simplement aider votre prochain. Un système de « parrainage » vous permet de prendre des disciples (des nouveaux joueurs donc) et de leur faire démarrer le jeu (les premières quêtes et les premiers donjons) pour ainsi gagner des potions qui vous permettront de récupérer jusqu’à 30% de votre jauge de volonté.

Le détail qui tue, l’illustration du personnage qui apparait quand on fait une super !

Évidemment il y a tout de même un magasin où vous pourrez acheter des choses avec du vrai argent (en général c’est plutôt par paypal ou carte bancaire) mais rassurez-vous, rien d’indispensable ! Vous pourrez acheter ce qu’on appelle des options de confort, par exemple des skins pour armure afin de personnaliser plus en profondeur votre personnage ou pour réinitialiser vos points de talents pour le redistribuer à nouveau et ainsi de suite.

D’autant plus qu’Elsword est un jeu qui met en avant la technique du joueur avant tout. Même si cela se voit carrément moins sur le JCE où il vous suffira d’avancer et d’utiliser judicieusement vos attaques spéciales (sélectionnées en amont du donjon), sur le JCJ (joueur contre joueur), le skill fera toute la différence entre victoire et défaite. Ainsi des haut niveaux peuvent effectivement se faire battre par des niveaux un peu plus bas.

Rena, l’elfette qui se bat à l’arc et aux pieds !

Je dois avouer avoir été embarqué très rapidement dans l’univers mignon d’Elsword. Même si le jeu reste assez basique dans son ensemble et son approche du jeu en ligne, il fourmille de petites idées vraiment sympa. Le système de parrainage rend le jeu un peu plus « chaleureux » que les MMO classiques offrant la possibilité d’établir une relation entre les vétérans et les newbie. Je suis donc séduit mais par manque de temps je ne pourrais m’y mettre que bien plus tard, malheureusement :(

L’info en plus : Par contre si vous êtes allergiques aux sorties de fin d’année, n’hésitez pas une seule seconde, allez sur le site d’Elsword, téléchargez le client et éclatez-vous !




Vous en voulez encore ?

  • 26 août 2011 [Compte rendu] Lancement Deus Ex Human Revolution Hier Square Enix nous avait convié à une soirée de lancement en grande pompe pour la sortie de Deus Ex Human Revolution. Avec une surprise de taille, la présence de David Anfossi […]
  • 31 mars 2010 [Compte rendu] Le Salon du livre 2010 (partie 1) Salut à tous, vous le saviez (ou pas), depuis le week-end dernier jusqu'à ce soir 22H, se tient le 30ème salon du livre à la Porte de Versailles à Paris. Je ne lis pas beaucoup (hors […]
  • 15 juin 2011 [Preview] Dungeon Siege III sur Xbox360 Il y a déjà quelques temps j'avais été invité par Square Enix et Microsoft (dans leur locaux à Issy-les-Moulineaux comme d'hab') pour tester le prochain Hack and Slash bien sympa dont je […]

4 commentaires sur “[PGW 2011] Preview d’ELSWORD, un MMO à la sauce manga qui promet”

  1. Seiken 4 novembre 2011 at 00:30 #

    Intéressant, je fonce voir ça ! Thanks again, Mr Uriel :)

  2. Ymeric 8 novembre 2011 at 15:39 #

    Pourquoi pas :)
    Très compliqué de compiler les deux mais je me laisserais bien tenter

    Ymeric

  3. gerome 12 novembre 2011 at 23:37 #

    système de jauge pour pouvoir jouer ? nul à chier, je vais plutôt jouer à vindictus

  4. Ruben 28 novembre 2011 at 19:43 #

    Moi su au niveau100 avec ruben


Laisser un commentaire