[Compte rendu] Fanday Brink au campus Microsoft


Dans la catégorie : Compte rendu

Étiquettes : , , , , , , ,

Hello à tous, la semaine dernière on a fait un détour chez Microsoft pour y tester le nouveau FPS de chez Bethesda, j’ai nommé : Brink. J’avais déjà pu avoir un court aperçu l’an dernier lors de l’E3, mais le jeu ne m’avait pas marqué plus que cela (hormis le choix graphique avec la prédominance de la couleur bleu). Il faut dire qu’il y avait du lourd l’an dernier à l’E3 chez Bethesda entre Fallout New Vegas, Hunted, Rage (les deux derniers ne sont d’ailleurs pas encore sortis).

Néanmoins il y a quelques semaines je suis tombé sur un trailer qui a clairement attiré mon attention sur le titre. Le jeu se veut différent, ce qui se voit déjà très rapidement au niveau graphique, mais on l’observe aussi au niveau du gameplay. C’est d’ailleurs le fait de pouvoir faire du free-running qui m’a semblé vraiment intéressant. Comme la plupart d’entre vous, j’ai tout de suite pensé à Mirror’s Edge dans une version plus orientée action. C’est donc sans hésitation que je suis allé découvrir le jeu !

Rah j’ai fait une fausse manip et perdue les photos que je voulais garder -_- (merci la fatigue)

Le jeu est développé par Splash Damage à qui l’on doit des titres comme Return to Castle Wolfenstein, Doom 3 ou plus récemment Enemy Territory: Quake Wars… Qu’on aime ou pas, le studio dispose d’un savoir faire dans le genre tir à la première personne / multijoueurs, même si ce dernier tranche radicalement avec les habitudes de la boite.

La première chose à savoir sur Brink, c’est que c’est un jeu multijoueur avant tout ! Il existe bien un mode solo mais à la manière de Lost Planet². Ce qui veut dire que le mode campagne n’est autre que le mode multijoueur en solitaire, les équipiers étant remplacés par des bots (plus ou moins efficaces mais ce n’est pas à vous que je vais l’apprendre). Attention ça ne veut pas dire qu’il n’y a pas de scénario au contraire, mais si vous jouez seul, vous aurez l’impression de jouer à un jeu en ligne en mode offline/entrainement.

J’ai adoré les clins d’œil fait aux autres jeux dans le choix des contrôles : Le devoir m’appelle, Engrenages meurtriers et autres… (qui a dit Call of, Medal, Gears ou Left4Dead…)

L’histoire est basée sur la grande cité mise en avant sur les différents artworks qu’on a pu voir circuler avant la sortie du jeu le 13 mai dernier. Pour être plus précis il s’agit d’une arche d’où son nom : The Ark, où deux clans se disputent le pouvoir : La Sécurité et la Résistance. Un environnement urbain et design, propice au free-running qui constitue le cœur du jeu (du moins pour les mecs comme moi).

Pour rentrer un peu plus dans les détails, il s’agit du système S.M.A.R.T. (Smooth Movement Across Random Terrain) qui vous permettra selon la classe choisie, de vous déplacer bien plus facilement sur la map. Qu’il s’agisse de défendre une zone, d’escorter quelqu’un ou d’engager un combat avec l’ennemi tout simplement, cette capacité sera d’une grande aide tout au long du jeu.

Je le verrais bien en poster dans ma chambre :)

On a pu prendre le jeu en main le temps de la soirée, et il faut se rendre à l’évidence : Brink fourmille de bonnes idées ! Qu’il s’agisse de la complémentarité des classes (ingénieurs et medics), bah oui il faudra forcément du soin et des munitions dans votre team qu’importe votre niveau. L’interface qui est bien fichue, différenciant par un code couleur vos ennemis de vos alliés et mettant en surbrillance (jaune pour pas le rater) votre objectif. Le personnage choisi semblait plutôt lent mais il s’agissait d’une classe particulière pour qu’on puisse s’essayer au jeu sans mourir trop rapidement (enfin sauf pour Elhyel).

Malgré cela Brink ne convainc pas plus que ça, bien que les palettes de couleurs soient très bien choisies, le jeu déçois graphiquement parlant (surtout quand on voit ce qui se fait actuellement chez la concurrence). Au niveau des graphismes, je ne vais pas trop m’avancer (et oui c’était peut être la faute des TV de chez Microsoft), je vous en reparle lors d’un éventuel test en conditions réelles. Surtout que l’idée de base est plus que séduisante, un vrai jeu multijoueur où la coopération est de mise, mais dans la pratique on se retrouve à jouer les héros ou à se retrouver avec des bras cassés (mais ça c’est une autre histoire) : et ça devient vite le gros bordel.

Faut quand même dire qu’Olivier Leonardi (directeur artistique français) a fait un travail de fou sur le jeu. Ce qui me permet de rebondir vers un autre point fort du jeu, la customisation des personnages qui est vraiment très poussée pour un FPS.

Cette session test ne suffisait pas pour déterminer si Brink était un jeu correct ou un ratage complet, nous avons donc eu la chance de partir avec une version du jeu sur Xbox360, ne vous étonnez qu’on vous reparle bientôt de Brink… Ce qui nous permettra de confirmer ou infirmer nos premières impressions qui sont assez mitigées avouons-le. Sorti depuis la semaine dernière Brink est disponible sur Xbox360 à 47€ (disponible aussi sur PS3 pour un peu moins cher : effet psn ?).

L’info en plus : A noter qu’Elhyel a réussi a négocier le seul T-shirt de Brink de la soirée et qu’on a pu repartir avec le kit presse. On a également fait jouer nos contacts de l’enseigne bleue pour obtenir le bandana à l’effigie du jeu !

Le Cocktail Molotov, dangereux et pas forcément utile mais tellement classe en même temps !!!

Le T-shirt qui tue : Il n’y en avait qu’un :D

Et le foulard / bandana. Comptez pas sur moi pour sortir avec ça XD




Vous en voulez encore ?


2 commentaires sur “[Compte rendu] Fanday Brink au campus Microsoft”

  1. elhyel 18 mai 2011 at 03:21 #

    maaaais je n’était pas la seule à mourir souvent >_<

    Personnellement je n'avais vu ni trailer ni images du jeu et malgré la publicité qu'il y avait eu autour il ne m'a pas plus attiré que ça, à voir donc quand on y jouera de façon plus sérieuse

  2. maspalio 18 mai 2011 at 09:35 #

    merci pour cet excellent report . Ayant le jeu sur PS3 , je l’apprécie pour son côté tactique , dommage que les graphismes ne suivent pas


Laisser un commentaire