Archive for 'J’ai testé pour vous'

[Test] Hotline Miami sur PC

Il y a quelques jours j’étais tombé sur un article vantant les mérites d’un jeu complètement décalé, à 100 000 lieues de ce qui se fait aujourd’hui dans l’industrie. J’ai fait une entorse à mes habitudes vidéoludique et je suis parti du côté PC pour voir un peu cet OVNI de mes propres yeux (uniquement disponible sur PC je le rappelle). Je parle bien évidemment d’Hotline Miami, un jeu vu de dessus, entièrement en 2D (les fans de pixels seront aux anges) qui n’est pas sans rappeler la série des GTA à ses débuts.

Le jeu vous met dans la peau d’un mec ordinaire, le genre qui traine au video-club et qui se fait des soirées pizza dans son appart’ miteux. Par contre il dispose d’un passe-temps que peu d’entre vous pratiquent dans la réalité (du moins je l’espère) : il est tueur à gage. Il reçoit des coups de fil lui proposant de remplir des « contrats » tel un nettoyeur. Son quotidien est donc ponctué de violence (parfois gratuite, paix aux âmes de mes victimes), puisqu’il doit « corriger », rosser, tuer une quantité incroyable de gens.

 Superbe illustration qui annonce déjà la couleur… du sang !

 Allo ? Je suis bien sur la Hotline de…

Je ne vais pas m’étendre sur les qualités techniques du jeu puisque vous vous en rendrez compte assez vite, il s’agit d’un jeu uniquement disponible en téléchargement qu’on pourrait classer dans la catégorie des OVNI à prix mini (comptez environ 8€). Hotline Miami fait clairement la nique à tous les jeux actuels et fait appel à notre nostalgie en nous proposant un jeu à l’ancienne (et quand je dis à l’ancienne, je ne parle pas des compilations HD qui pullulent).

Les gars de chez Dennaton Games ont tout compris au concept du jeu mini. Avec un chara-design digne des pire jeux hentai, un gameplay minimaliste  (on bouge avec les touches du clavier, une touche pour frapper et une touche pour lancer) et une histoire indescriptible à base de mecs masqués qui te parlent dans ta tête : c’est justement ce côté barré qui plait et qui m’a plu ! On ne se prend pas la tête et on a pas peur de le dire, inutile de chercher le « beau » dans le jeu, cette notion n’existe pas.

Ici après avoir troué la peau du boss à base de fusil à pompe, on embarque la victime qui se faisait torturer.

Parfois, vous aurez droit à des genres de réunion au sommet… directement dans votre tête.

Qui veut gagner un bon bain de sang ?

Quelque soit l’intitulé de la mission, le résultat final sera sensiblement le même mission après mission : un véritable bain de sang comme on les aime. Attention, ceux qui oseraient croire que le jeu est pensé pour être juste bourrin à la GTA c’est tout le contraire. Il est calibré au petits oignions puisqu’au moindre faux pas, c’est la mort assuré comme dans un bon vieux Contra ou Probotector. Du coup il faudra se montrer patient et ne pas avoir peur de mourir des dizaines de fois avant de comprendre comment faire pour compléter un niveau particulièrement difficile.

Le secret de la réussite réside dans le temps que vous aurez passé à observer avant de foncer dans le tas, faire un état des lieux (combien de gardes ? de quelles armes disposent-ils ?) sera une base solide pour accomplir votre tâche. Ensuite il faudra ramasser et utiliser les bonnes armes au bon moment, un coup de feu c’est pas forcément discret et voir une douzaine de gardes arriver (qui ont potentiellement le pouvoir de vous « one shot ») quand on a soi-même que 6 cartouches de fusil à pompe : c’est pas du tout le bon plan. Moralité : optez pour les armes contondantes ou tranchantes !

Le boulot de nettoyeur, façon Hotline Miami. 

Les clins d’œil sont nombreux, ici la voiture du héros : une Delorean !

En conclusion, ça donne quoi ?

Même si certains des plus jeunes pourront être rebutés par ce système de jeu basé sur la punition (mourir 20 fois par stage avant de comprendre), les gamers les plus teigneux pourront bénéficier de cette sensation de joie et d’accomplissement lorsqu’ils auront enfin compris la parade pour éliminer tout le monde. Défoncer une porte en assommant un garde, tirer un coup de semonce dans le tas, jeter le couteau qui se trouve par terre sur la patrouille puis finir le mec assommé avec la batte de baseball : c’est juste jubilatoire.

Pour terminer je dirais simplement qu’Hotline Miami est un jeu qui fait plaisir. Si on fouille un peu sous son apparence brut, on se rend vite compte qu’il cache un petit bijou d’inventivité. Sous son air de jeu retro, il rappelle aux générations actuelles que c’était tout simplement mieux avant. Si vous avez du temps à tuer (et pas que) je ne peux que vous conseiller d’essayer ce jeu qui ne vous coutera pas grand chose si ce n’est pas mal de triturage de cerveau pour pouvoir assassiner le sale chauve qui vous tue en boucle depuis 45 minutes.

Complètement déjanté et à l’ouest des standards actuels, le jeu rafraichit malgré les nombreux bugs dont il est victime.

L’info en plus : Certaines rumeurs prévoient déjà une version Vita pour très bientôt. Je le leur souhaite de tout cœur, car n’étant pas forcément amateur de mini jeu de ce style, je suis pour le coup complètement convaincu !

[Preview] Sonic & All-Star Racing Transformed

La semaine dernière j’ai eu l’opportunité de mettre la main en avant-première sur Sonic and All-Star Racing Transformed (que je vais essayer de raccourcir en SASRT dans cette preview si je ne veux pas galérer à retaper le titre à chaque fois) et poser plein de questions à l’équipe de Koch Media qui gère maintenant la distribution des jeux (en boites) à la place de SEGA France, qui malheureusement nous ont quitté.

Comme son nom l’indique on a droit ici à un jeu de course façon « insérer le nom du jeu de kart du plombier moustachu » remanié avec des personnages issus de différents univers ultra connus de chez SEGA (le premier qui me vient à l’esprit, sans parler de Sonic, est Panzer Dragoon :p). J’ai de suite mis le bonnet d’âne car bizarrement il faut croire que je suis un des rares à ne pas avoir joué au premier (honte à moi j’avoue).

Forcément qui dit jeu de karts dit missiles et pouvoir à gogo !

L’une des principales nouveautés est dévoilée dès le titre : Transformed. Vos véhicules sur roues auront la possibilité de se transformer pendant les courses ! Il ne sera donc pas étonnant de voir votre bolide décoller et se changer en avion sur certaines partions du circuit. Votre véhicule n’est pas seulement à l’aise sur terre et en l’air, mais il se débrouille aussi super bien sur l’eau et se changera en bateau pour les passages où il faudra se mouiller.

Ce que j’ai particulièrement apprécié lors de cette session (hormis le fait que j’ai réussi à remporter plusieurs courses) c’est la possibilité de choisir. Sur certains circuits, vous aurez la possibilité de faire le choix suivant : prendre un raccourci aérien (et du coup faire un remake de Pearl Harbour) ou se lancer dans la voie maritime, un peu plus longue mais bien plus sûre ! Mais attention quoi que vous fassiez, vous serez sans cesse la proie de tirs ennemis : surveillez vos arrières !

Les vaisseaux ont de la gueule, même si on a pas forcément le temps et l’occasion de les admirer.

Pour ce qui est du contenu, Sonic and All-Star Racing Transformed est plutôt bien fourni ! Vous aurez le choix entre pas moins de 20 pilotes différents ayant leurs spécificités (ainsi qu’une arme exclusive), à compter aussi la présence d’une vingtaine de circuits dont 16 dynamiques (comprendre que le tracé change pendant la course). La notion d’expérience est aussi de la partie pour ceux qui aiment améliorer leur perso, prendre des niveaux augmentera drastiquement certaines de leurs aptitudes.

Le jeu dispose de modes assez classiques, un mode carrière qui vous permettra d’avancer dans le jeu et débloquer du contenu (personnages, circuits…), ainsi qu’un mode time attack (je vous en reparlerais plus tard, ne l’ayant pas testé) et un mode course libre. A noter que le mode carrière est jouable à plusieurs en co-op, rassurez-vous si vous jouez en famille : il suffit qu’un seul joueur gagne pour continuer (ça c’est top quand on joue avec des bras cassés, n’est-ce pas elhyel ?).

Les dents de la mer, le retour du hérisson !

Je suis plutôt convaincu par ce jeu d’autant plus qu’il ne disposera à date d’aucun concurrent valable (quel que soit le support). Un party game, qui proposera d’avoir du fun entre potes tout en promettant de grosses barres de rires ! Et il ne m’a fallu qu’une heure pour m’en rendre compte. Pour ceux qui souhaitent tenter l’aventure en hyper-vitesse, Sonic & All Star Racing Transformed sera disponible à partir du 16 novembre sur PS3, Xbox360, Vita et 3DS.

L’info en plus : Le titre sera aussi présent au lancement de la Wii U (à partir du 30 novembre) ce qui le positionne vraiment idéalement quand on sait que le plombier moustachu ne devrait pas pointer le bout de son nez avant l’année prochaine. Du coup le Gamepad Wii U pourra accueillir une cinquième joueur ou servir de rétroviseur (si on la joue solo) ou de carte du circuit pour les 4 joueurs (si on n’est pas un égoïste), posé sur son socle.

Et un pilote américain de la Nascar comme personnage jouable ça vous tente ? (source)

[Coup de gueule] Le nouveau Playstation Store de la honte

Hier soir en allant chercher quelques pack de costumes et autres contenus additionnels pour mes jeux, sachant que je le fais vraiment rarement mais le débat sur les DLC c’est une autre histoire, j’ai découvert avec surprise le nouveau Playstation Store. Et là j’ai eu la surprise de découvrir la nouvelle interface bien plus jolie, sublime même et bien plus sobre à laquelle j’allais devoir faire face à partir de maintenant. Malheureusement ma surprise se transforma très rapidement en frustration puis en colère… Et pourtant la PS3 est ma console de prédilection, j’ai tous mes jeux dessus sauf les exclusivités Microsoft.

En plus du temps perdu à télécharger ce nouveau store, vous allez pouvoir découvrir que le nouveau magasin de notre chère PS3 est loin d’être au point. A commencer par les lags incéssants, il me suffit de naviguer sur les différentes catégories pour observer des ralentissements dignes des bullet-time de Max Payne. S’ensuit une fonction recherche complètement à la ramasse qui rappelle celui du VidZone : vous avez une roulette avec la première lettre, puis vous roulez sur la seconde etc… (si vous voulez taper Resident Evil 6, je vous dis pas la galère).

Il a quand même le mérite d’être beau. Très inspiré du dashboard de la Xbox 360, donc des vignettes dynamiques de Windows 8.

Pour enterrer cette fonction recherche, si jamais vous vous trompez dans celle-ci et bien il faudra recommencer tout le processus. Un exemple, vous cherchez des informations sur Assassin’s Creed III puis sur la version Vita et bien la touche précédent vous permettra de recommencer la recherche à zéro : super pratique ! Le plus fou dans tout ça, ils ont décidé de tout mélanger, vous fouillez sur le Playstation Store, vous trouverez films, jeux, extensions, démos, séries etc… Bien sûr il existe un tri possible, mais ne plus pouvoir séparer les contenus par type et par lettre, c’est juste pénible.

On se retrouve à ne pas trouver son contenu ou à naviguer entre 600 vignettes différentes. Un rapide tour sur internet m’a permis de recueillir quelques vrais témoignages qui corroborent mon ressenti. Et quand on lit la presse spécialisée, ce « lifting » est une bénédiction, mais c’est à croire qu’ils n’y sont jamais allés ! Par contre ils sont unanimes, la nouvelle interface est clairement inspiré du dashboard de la Xbox 360 et je trouve ça dommage que Sony n’ait pas essayé de trancher avec la concurrence, alors qu’ils le font déjà très bien avec le XMB que j’adore !

Ancien Playstation Store, toi qui marchait correctement depuis des années : Tu me manques !

L’info en plus : Après le lancement de Xbox Music, de Windows 8 et de la nouvelle interface Xbox 360, je peux comprendre que Sony veuille en faire de même. Le nouveau design me plait pas mal mais l’ergonomie de ce store est mauvaise et au final j’ai pas réussi à trouver mon dlc.

[Preview] Silent Hill Book of Memories sur PS Vita (démo)

Il faudra attendre le 2 novembre pour pouvoir se procurer la version complète mais Silent Hill Book of Memories est déjà disponible en démo jouable sur le PSN. Alors que Downpour se jouait sur PS3 et Xbox360, ce nouvel épisode sera quant à lui exclusif à la PS Vita. Assez dubitative sur ce que j’avais pu en voir ici et là, je me suis empressée de l’essayer pour me faire un avis (surtout que je suis fan de la série).

Version démo oblige, on ne connait bien entendu rien du scénario…ou du moins pas grand chose si ce n’est que notre personnage reçoit pour son anniversaire un mystérieux livre contenant tous ses souvenirs. D’où vient-il et par qui a-t-il été envoyé sont des questions qu’on se pose forcément mais j’ignore encore si on en connaitra les réponses (en même temps, ce qui fait le charme de Silent Hill, c’est de ne pas savoir réellement pourquoi on y attérit).

Deuxième Silent Hill pour 2012 mais sur console portable cette fois-ci !

[Lire la suite…]

[Test] LittleBigPlanet sur PS Vita

Comme tout acheteur de la première heure de la Vita, force est de constater qu’on est sans cesse en attente de nouveaux jeux. Une si belle console, si peu exploitée, cela me rend triste jour après jour. Certains crieront qu’il existe déjà de nombreux jeux, mais en ce qui me concerne, je n’ai pas acheté la Vita pour jouer à des rééditions de jeu existant (PSP, PSone que je possède déjà) ou jouer aux même jeux (à l’identique) que l’on retrouve aujourd’hui sur PS3 : acheter les jeux en double, très peu pour moi !

C’est dans ce contexte assez dur pour la nouvelle portable de Sony que Sackboy, notre petit héros laineux au grand cœur (qui s’est illustré par deux fois sur Playstation 3 déjà), va tenter une opération de sauvetage pour empêcher la PS Vita de sombrer dans l’oubli et au passage me redonner le sourire. La tâche est rude mais LittleBigPlanet a su s’imposer comme un jeu de plateforme de référence sur console Sony, en apportant un nouveau souffle et crédo au genre : « Play, create, share » (jouer, créer et partager en français).

 La PS Vita ou le pouvoir au bout des doigts.

[Lire la suite…]

[Test] Resident Evil 6 (Xbox360, PS3)

Et voilà j’ai enfin bouclé toutes les campagnes de Resident Evil 6 et plutôt que d’attendre la Saint-Glinglin, je préfère intervenir tout de suite pour donner mon ressenti et avis sur le jeu. Cela fait un moment déjà que ça couine de tous les côtés, aussi bien des joueurs que des journalistes, si on se fiait à eux, le nouveau jeu de Capcom serait un ratage complet et ça c’est inacceptable. Je pense notamment au test de Gamekult qui attribue la note de 5/10.

Pour être honnête avec vous je ne lis jamais ce genre de site, en ce qui me concerne je préfère largement lire les sites/magazines anglophones (Game Informer, Kotaku, Joystiq) qui apportent beaucoup plus. D’ailleurs quand j’étais chez Micromania, ça me faisait toujours rire d’entendre un client demander « Il est bien ce jeu ? Il a eu une sale note sur JV.com »… J’attaque donc ce test sans préjugés ni mauvais à priori, après une preview qui m’avait plutôt séduit.

Depuis le temps que je l’attendais, je peux vous confirmer que je ne suis pas déçu du voyage !

[Lire la suite…]

[Preview] Half Minute Hero Super Mega Neo Climax Ultimate Boy

Derrière ce titre assez long, se cache un des jeux m’ayant le plus bluffé, sorti à l’époque uniquement sur PSP (le titre original était Half Minute Hero). Il arrive aujourd’hui sur PC après un passage sur le Xbox Live avec un nom à rallonge dont les gars de Capcom étaient les seuls à en connaitre le secret (cf Street Fighter EX + Alpha prime turbo rainbow edition championship international version).

Je vais tenter de vous expliquer le concept dans les lignes qui vont suivre mais si je devais résumer simplement ce serait un mélange de Zelda et de Wario Ware. Et oui même si ça parait complètement fou, il s’agit effectivement de finir une aventure en moins de 30 secondes.

Les couvertures des trois versions sorties jusqu’à maintenant.

[Lire la suite…]

[Preview] Démo jouable de Resident Evil 6

Hier sortait en trombe sur PS3 et Xbox360 la démo jouable (qui diffère de celle fournie dans Dragon’s Dogma) de Resident Evil 6. Prévu pour le 2 octobre prochain (en version normale et collector), la saga phare de Capcom qui nous revient plus musclé que jamais, suscite de nombreuses critiques de la part des fans ainsi que des spécialistes des journalistes JV.

Malgré tout en bon fan que je suis, je ne me suis pas fié aux tweets ou autres posts Facebook assassins sur le jeu et je l’ai téléchargé dès le premier jour pour la retourner dans tous les sens très rapidement (disponible sur le PSN et aussi sur le Xbox Live). La démo vous permettra de jeter un œil rapide sur les trois campagnes qui seront disponibles dans le jeu mais si vous ne souhaitez pas vous spoiler ou simplement avoir l’avis d’un fanboy, lisez ce qui suit !

Cette fois-ci vous pouvez dire bye bye à la chaleur de l’Afrique. Nos héros seront dispersés à travers le monde pour sauver ce qu’il en reste…

Commençons avec quelques changements généraux qui font que ce Resident Evil tranche avec son passé. Voilà c’est dit, c’est fait : on peut bouger tout en visant les zombies ! Oui vous allez me dire que c’était déjà possible dans Resident Evil Revelations, mais on est ici sur un épisode principal de la série et non un spin-off/gaiden. Du coup le jeu en devient plus dynamique, impression qui est accentuée avec la nouvelle jauge de combat au corps à corps et la possibilité de faire des roulades et de plonger au sol (à la Max Payne).

Il est vrai que les fans de la première heure (comme nous tous, n’est-ce pas ?) vont crier au scandale à cette surdose de tir/action, pleurant sur leur survival horror disparu. Néanmoins je préfère attendre d’avoir vraiment terminé le jeu pour émettre un tel jugement et je suis ravi que Capcom ait choisi de s’adapter à son temps plutôt que de tenter l’exercice casse-gueule du reboot à tout va (cf Devil May Cry).

Il n’est pas trop tard pour commander l’édition collector, dont je vous ai fait un petit topo par ici.

Chose importante à noter, cette démo permet le jeu en ligne et donc en co-op ! Introduit à partir de Resident Evil 5 (et repris dans l’épisode 3DS), chaque héros évolue maintenant en tandem, ce qui permet une panoplie d’actions assez large. Que ce soit pour le combat (se couvrir, se soigner, se concentrer sur un ennemi) ou pour la partie exploration (ouverture de certaines portes, accès à certains passages bloqués), le deuxième personnage se montrera des plus utiles tout au long de l’aventure (bon un vrai joueur est toujours à préférer).

On a donc le plaisir (pas sûr qu’il soit partagé) de retrouver Leon S. Kennedy accompagné d’Helena Harper, piégés dans une université américaine (Tall Oaks) remplie de zombie. Cette campagne est clairement la partie survival horror, avec une ambiance sombre, des zombies qui trainent au sol et se lèvent quand on s’y attend le moins (sauf si on tir sur tout ce qui bouge ou qui ne bouge pas, comme moi). En parlant des ennemis, ceux-ci sont bien plus rapides que ceux que nous avions connus dans les épisodes précédant (on peut penser à l’influence Left4Dead…).

Le jeu marquera aussi le retour de la très belle Ada Wong, qui n’est jamais loin quand Leon est dans les parages.

Les deux autres campagnes sont vraiment beaucoup plus orientées vers l’action pur et dur. On le sent déjà avec la partie de Sherry Birkin (que de souvenirs, la petite fille dans Resident Evil 2) qui, accompagné de Jake Muller, doit faire face à une armée de mutants capable d’utiliser des armes. Et que dire de celle de Chris Redfield, qui nous met clairement dans l’ambiance pro-américaine avec Hummer et tout, ainsi qu’une approche à la Call of Duty : ça tir de partout et on en oublierait presque la présence de son partenaire : Piers Nivans.

En ce qui me concerne, je suis plutôt agréablement surpris. Les changements opérés ne me dérangent pas plus que ça : si l’équilibre est bien respecté entre les différentes campagnes (ne pas faire que du shoot par exemple) et que l’histoire des trois héros se rejoigne de temps en temps, ça me va ! J’ai aussi été impressionné par les bouts de chair qui partent sur les zombies, du coup on voit très bien l’impact de nos tirs sur les ennemis (la jambes qui explose, un bout de tête qui s’en va au lieu d’exploser complètement etc…). Le menu a quant à lui été repensé et pas mal inspiré de Dead Space, interface graphique futuriste qui apparait directement à l’écran sans temps mort qui donne encore et toujours un peu plus de dynamisme au jeu.

L’info en plus : Ne reste plus qu’à attendre la deadline pour pouvoir profiter du jeu et se faire une idée du travail accompli par le staff de Capcom sur cette licence emblématique du jeu vidéo. En tout cas ayant accroché sur les derniers épisodes sortis, je suis plutôt confiant quant au résultat de ce 6ème épisode.

 

[Test] Sleeping Dogs (PS3, Xbox360, PC)

Après une preview plutôt convaincante, je me suis pris un billet d’avion sans retour pour infiltrer Hong-Kong afin de découvrir la ville, ses attractions, sa population et surtout rencontrer son univers underground. En effet le jeu vous place dans la peau de Wei Shen, un agent américain originaire de Chine, chargé de faire tomber la plus grande organisation mafieuse de Hong Kong : la Triade.

Sleeping Dogs est un jeu de type GTA, pour les néophytes, c’est tout simplement un jeu dans lequel vous êtes libre de faire ce que vous voulez dans la ville. Un genre de bac à sable géant dans la ville avec des bâtiments, des gens, des voitures sans oublier les missions à remplir si on veut faire progresser un peu la trame principale du jeu.

Malgré un artwork qui ne me plaisait guère au départ, j’ai finalement appris à aimer ce design bien particulier (puis ça n’a aucun impact dans le jeu).

[Lire la suite…]

[Preview] Fanday Sleeping Dogs

A quelques jours de la sortie officielle de Sleeping Dogs, Square Enix avait organisé un fanday pour nous offrir un aperçu de leur vision du jeu en open world. Pour ceux qui auraient ratés le coche, sachez qu’il s’agit d’une suite spirituelle de True Crime (faites un effort, l’époque de la Playstation 2 n’est pas si loin !). A l’origine dévoilé par Activision sous le nom de True Crime Hong Kong, ces derniers avaient décidé d’abandonner le jeu, jugeant qu’il ne faisait pas assez « blockbuster ». Heureusement pour le studio United Front Games (et pour nous) l’aventure ne s’arrête pas là puisque Square Enix a repris le flambeau ce qui va nous permettre de jouer et profiter de ce GTA-like à la sauce soja.

Les amateurs de films d’action chinois vont être aux anges, oui oui vous qui adulez les films de John Woo, Chow Yun Fat et compagnie… Le jeu nous place dans la peau de Wei Shen, un flic sous couverture à Hong Kong qui tente d’infiltrer et de détruire la mafia chinoise : la triade. Je vais donc profiter de ces quelques lignes pour partager avec vous mes premières impressions qui sont plus qu’encourageante.

 


Le fanday s’est déroulé dans les locaux de Microsoft. Bon du coup je prend la photo je suis pas dessus :/

[Lire la suite…]

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.