Archive for 'Nostalgie'

[Nostalgie] La fin du monde, un clown et un américain en vacances à Paris.

BS_jaquette.jpg

Parler de templiers et ne pas évoquer « les chevaliers de Baphomet » (Broken Sword) serait un crime. Retour en 96 date de l’adaptation de ce titre sur Playstation première du nom. (A l’époque j’étais pauvre donc pas de PC ^^)
George Stobbart, touriste américain sirote tranquillement son café dans une terrasse parisienne, quand soudain tout explose. Son seul souvenir, un clown et un homme suspect avec une mallette.

Ce jeu n’est autre qu’un « point and click » en gros vous pointez et cliquez pour faire bouger votre personnage, fouiller les différents lieux afin de le faire avancer dans un monde en deux dimensions. Vous devrez user de votre talent de Mcguyver en herbe pour résoudre les différentes énigmes et trouver le fin mot de l’histoire.
Graphiquement pour un jeu de ce genre il est très beau, on a l’impression de se trouver dans un dessin-animé (la version PC est encore plus belle). Le doublage français est de qualité et on se surprend à adorer l’accent américain de George.

Ya vraiment pas grand chose à dire de ce jeu si ce n’est qu’il est génial, sous peine d’aimer le genre. Pas besoin de courir, tirer ou autre, juste résoudre une enquête, avancer dans l’histoire en rencontrant plein de personnages (dont un commissaire aux psycho-pouvoirs et une jolie journaliste parisienne etc… ^^).
L’histoire même si elle part de rien, vous amènera à voyager à travers le monde, France, Espagne, Irlande, Syrie etc… Et cette histoire de clown vous plongera dans une quête épique mélangeant complot international ainsi que les templiers et le Saint Graal. Avec pour point culminant la fin du monde.

La maniabilité sur PSX n’est certes pas évidente mais on s’en sort quand même après un certain temps d’adaptation. Mais si aujourd’hui vous deviez le tester, prenez le sur PC plutôt si possible.

Je vais conclure rapidement, c’est un jeu à ne pas louper pour ceux qui aiment se creuser les méninges à la manière d’un Layton. C’est coloré, bourré d’humour et le côté américain du héros : un régal. A faire les yeux fermés pour les Indianna Jones des temps modernes.

Un grand merci à JamesJeux007 pour cette vidéo, car j’avais du mal à en trouver une potable en français. Bien sûr il s’agit de la soluce mais vous pourrez vous faire une idée du jeu grâce à ces 10 premières minutes.
Edit : Promis j’ai trouvé la vidéo après avoir écrit mon article ^^. Ça fait plaisir de savoir que d’autres apprécient les mêmes classiques que moi ^_^, d’ailleurs si jamais tu passes par là James n’hésite pas à me contacter (message perso lol).
Edit 2 : Ca donne envie de faire des vidéos !

L’info en plus : Il existe une suite, nommé : Les boucliers de Quetzacoalt. Toujours aussi bien, en compagnie de Nicole et George, avec une histoire toujours aussi bien ficelé et des énigmes tordues à souhait. Graphiquement largement supérieur il est aussi à faire sans hésitations. Une autre suite à vu le jour sur PS2 mais le passage en jeux d’aventure en temps réel et en 3D a presque tué l’intérêt du jeu.

[Nostalgie] Une ombre plane sur les souvenirs…

Shadow_of_memories_jaquette.jpg

Retour en 2001, c’est sur Playstation 2 que ça se passe et c’est Konami (peu productif de nos jours) qui nous offre ce petit bijou : Shadow of Memories. Ne mentez pas, je sais que ça ne vous dit rien tellement ce jeu est passé inaperçu. Car pour tomber sous son charme il faut d’abord l’essayer, et même notre petit Sackboy sait qu’il est dur de conquérir le cœur des hommes quand on est pas une grosse licence.
Il s’agit ici d’un jeu d’aventure, exploration et surtout à énigme. On est à 100 000 lieues des Devil May Cry ou autres Metal Gear…

Nous sommes en 2001, le héros (Eike Kusch) se fait assassiner sous nos yeux ébahit (bah oui on commence le jeu et on meurt : chouette…). Cependant une personne se présentant sous le nom d’homonculus nous offre une chance de nous en sortir, via ses pouvoirs il vous fera remonter le temps et ainsi pouvoir éviter le pire.
Peut-on échapper à son destin ? La tentative d’assassinat échouée, le meurtrier continuera d’essayer, il faudra donc continuellement déjouer ses plans (il tentera tout : couteau, poison, chute, voiture, feu etc….)
Grâce à l’homonculus Eike remontera dans le temps proche pour survivre mais aussi plus loin dans le passé afin de trouver des réponses (bah oui c’est mieux de savoir pourquoi on cherche à nous tuer).
Cependant les voyages dans le temps sont lourds de conséquences, au risque de changer l’avenir, mais surtout qui est ce meurtrier et pourquoi vous tuer? Et puis l’homonculus dans tout ça, son rôle, son but ?

Honnêtement j’ai trouvé le scénario captivant, je ne vous cacherais pas qu’en terme de jeux vidéo ce titre ne casse pas des briques, c’est plutôt une aventure interactive. Mais fichtre qu’est-ce qu’elle est passionnante !!!
Graphiquement ça va pour l’époque, même maintenant il ne vous paraitra pas trop moche, le chara design est agréable et les décors sont juste propres (bon si vous êtes fan des petites maisons allemandes vous allez être aux anges).
Concernant le gameplay c’est simple, du texte, du texte, une scène cinématique, une mort ?, chercher un moyen de survivre, du texte, du texte, une scène cinématique…. (repeat)
Niveau durée de vie, je pense que deux à trois soirées vous suffiront à le boucler (environ 5/6 heures de jeu) mais elle est rallongé par le fait qu’il existe plusieurs fins (5 ou 6) selon vos actions au cours de la partie (si vous avez récupéré un objet spécial, laissé faire un kidnapping, fait confiance à une personne par exemple).

Pour résumer, si comme moi les intrigues, énigmes et histoires bien ficelés vous font craquer, ruez-vous dessus ! Dans le jeux vidéos d’aujourd’hui on compte trop sur les graphismes, le côté action en délaissant trop souvent l’intrigue. Je vous sers aujourd’hui de l’intrigue pure, c’est presque un roman concentré dans un jeu. Et sachant que ce n’est pas un jeu très côté (entre 10 et 20 euros je pense) : Achetez-le les yeux fermés !!!


Shadow of Memories Opening

L’info en plus : L’opening me fait penser à la technologie utilisée pour faire Valkyria Chronicles (du moins les prémices). Bref le jeu a aussi été porté un an plus tard sur PC et Xbox première du nom. Ah oui ! Comme je me sens l’âme charitable je vous donne un indice pour l’article de demain : Homonculus, Pierre philosophale… (j’en ai déjà trop dit, mais au final quoi de mieux que cet anime pour illustrer Shadow of memories, car finalement ils ont tous deux de très gros points communs mais je m’arrête là car sinon c’est du gros SPOIL).

[Nostalgie] De retour sur Saturn, la force du dragon…

Jaquette_Dragon_force.jpg

Et voilà c’est partie pour la séance nostalgie. Remontons en 1996 quand la Saturn de SEGA était encore de ce monde (oui elle l’est toujours dans nos cœurs mais bon…) Bon on va déjà faire un petit tri parmi les lecteurs, si pour vous Dragon Force est synonyme de Rock, voir Guitar Hero, passez votre chemin. Ici l’on parle d’une petite perle comme on n’en voit plus trop de nos jours.
Encore un jeu inclassable comme VC dont je vous parlais précédemment, entre le RPG et le jeu de stratégie, un Heroes of Might and Magic japonais pour les connaisseurs. L’histoire se déroule dans le continent magique de Légendra, Madruk le dieu du mal avait été enfermé par les 7 chevaliers dragon de la Déesse Astea. Cependant aujourd’hui libéré et à la tête d’une immense armée, il menace de nouveau le continent. Comme par enchantement les descendants de nos 7 chevaliers ne sont autre que les monarques des royaumes composant ce continent.

dragonforce3.jpg Une image vaut mieux que de simple mot, il s’agit ici d’un RPG/jeu de stratégie où les affrontements se déroulent jusqu’à 100 contre 100, sans compter le général. Vous aurez la possibilité de donner différent ordres aux troupes comme la charge, la dispersion, l’attaque par le flanc etc… Notez que le général de chaque camp se trouve au bout et qu’une barre de furie (tel les jeux de baston) lui permettra de lancer des techniques : Boule de feu, Sonic Boom, Météores etc… Comme dans Heroes of M&M (avant le 4) celui ci ne pourra rien faire d’autre à part rester planter comme un piquet, lancer des techniques ou frapper les ennemis qui lui arrivent dessus. En gros les affrontement consistent à annihiler l’armée ennemi, faire un maximum de dégat au général adverse avant l’épuisement du stock des troupes et le finir en 1 contre 1. Personnellement j’adore le style graphique, entre la SD et le réalisme, un style manga que j’adore.
Entrons un peu plus dans le jeu, vous avez le choix du monarque avant de débuter :

Df_wein.jpg

  • Wein et ses chevaliers de Highland.

DF_junon.jpg

  • Junon le chevalier noir du saint empire de Tristan. (Bon léger spoiler, me croiriez-vous si je vous disais que ce chevalier de la mort n’était autre qu’une superbe jeune femme blonde ?).

DF_teiris.jpg

  • Teiris du royaume magique de Palemoon.

Bon je fais la liste rapide des autres, Léon et ses moines du royaume de Topaz, Reinhart fils du dieu de la guerre de Tradnor (à débloquer en finissant le jeu), Mikhail et les samouraïs d’Izumo, Gongos et les berzekers de Bozack ainsi que Goldark empereur de Fandaria (à débloquer aussi).
Comme si ça suffisait pas, chaque royaume dispose de 5 généraux uniques ainsi qu’un conseiller. Ensuite dans le monde se trouve des dizaines et des dizaines de généraux lambda (mage, voleur, guerrier, ninja, samouraï, vampire etc…) à recruter , capturer ou bien tuer. Et ça ne s’arrête pas là car il y a aussi les unités d’infanterie, il y en a vraiment de toutes sortes, du soldat basique, à la harpie, en passant par les cavaliers, jusqu’aux zombies ou dragons. Il faudra donc faire attentions aux affinités dans les classes que ce soit le général ou les simple unités. Car 20 archers viendront à bout de 50 harpies, que 10 dragons massacreront 100 soldats. De même que si le général mage pourra causer d’énorme perte dans les rangs ennemis, 2 ou 3 coups du général guerrier suffiront pour le faire plier.

Pour finir parlons de la durée de vie qui est énorme, en effet le but est d’unifier le pays pour faire front au dieu de la destruction, plusieurs évènements ponctueront l’histoire. Trahisons, rebondissements seront de la partie, certains pays s’allieront à vous et d’autres devront être soumis. Le jeu se déroule en phase, matérialisé par un sablier. Pendant cette phase vous pourrez faire bouger vos unités d’une ville à l’autre, attaquer une cité ou bien rapatrier vos troupe en vue d’une invasion sur votre place forte. L’inter-tour lui sert aux affaires internes, récompense des généraux qui ont brillé au combat par des médailles ou pièces d’équipement. Discussion avec les généraux, fortification des villes, recherche de nouveaux généraux, ainsi que la possibilité de recruter les unités capturées.

Dragon Force est vraiment un must have pour tous ceux qui ont la chance d’avoir la Saturn. Le jeu est plutôt beau, fun, un gameplay spécial et agréable. Je vous dirais bien de l’acheter comme dans les tests mais ça va être dur de le trouver. Mais si jamais vous le voyez dans une brocante ou autre, n’hésitez pas et sautez dessus, voir dedans car Légendra saura vous ensorceler et sa quête vous enchantera. A trouver et à acheter les yeux fermés !!!

L’info en plus : Un remake est sorti sur PS2 en japonais uniquement dans la gamme SEGA age. Refonte graphique des illustrations et ajout des voix, le jeu lui reste le même. DF_PS2.jpgIl y a aussi un second épisode plus complet avec un style graphique différent, la grosse nouveauté étant que sur les 100 unités on peut avoir deux types d’unité differents (Archers/soldats etc…).

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.